la documentation de summilux.net

Sommaire > Série M > Leica M argentiques > Leica M argentiques anciens > Leica M6 TTL

Leica M6 TTL

(1998-2002) - courte parenthèse avec flash TTL

mardi 19 avril 2005, par Alesc

<<<<< Pour le début de cet article, rendez-vous sur la page du M6 !

Leica M6-TTL et Summarit 50mm - photo coignet

Lors de la Photokina de 1998, Leica répond enfin à l’attente de milliards (NDLR : optimiste, Alesc !) d’utilisateurs de M à travers le monde, qui s’acharnaient à force de manifestations et de pétitions à demander une chose indispensable : la mesure TTL au flash sur le M6. Le M6 TTL est né !
La mesure TTL au flash fonctionne avec les flashes compatibles SCA-3000, comme le SF20 de Leica ou certains Metz munis du sabot convenable.
Le barillet des temps de pose du M6 TTL offre une position off. Il est de plus grand diamètre et son sens de rotation est inversé, afin de correspondre à l’indication des flèches de la cellule ; ces flèches sont accompagnées sur le M6 TTL d’une diode supplémentaire, ronde, s’illuminant au milieu des deux flèches lorsque l’exposition est correcte.
Pour pouvoir contenir l’électronique nécessaire à la mesure TTL au flash, le boîtier du M6 TTL est plus haut de 2,5 mm. Il est à noter que le flash ne se déclenchera pas si l’appareil n’est pas alimenté par une pile.
D’abord proposé en version 0,72 et 0,85, un viseur 0,58 voit le jour un peu plus tard, en 2000. Le grandissement du viseur, comme pour le M6 HM, est gravé sur la zone argentée de la fenêtre du télémètre. Avec le M6 TTL, c’est la première fois que Leica offre un tel choix pour les viseurs. Depuis, ce choix à l’achat d’un M a toujours été proposé (pour le MP comme pour le M7).

Conclusion : le M6, un Leica M abouti

Le M6, premier Leica M intégrant une cellule simple et efficace tout en restant fidèle à sa lignée, a été fabriqué durant 15 ans. Sa longue durée de production témoigne de la maturité que la série M a atteinte avec lui : restant fidèle aux valeurs du Leica M (qualité de fabrication, fiabilité, précision, pérennité), l’ajout de la cellule lui permet d’être un outil efficace et polyvalent, convenant parfaitement aux professionnels et aux passionnés de l’époque.

Le mot de la fin sera de Jeanloup Sieff ; lorsqu’à l’époque du M6 on lui demandait ce qu’il attendait du M, il répondait malicieusement : " Qu’il reste comme il est ! "

Je tenais ici à remercier Jean D. pour ses conseils avisés, ses encouragements chaleureux et sa gentillesse proverbiale. Je tenais également à remercier Phipessac pour son aide et la documentation qu’il m’a très gentiment envoyée.


Voir en ligne : Chercher des images faites au M6 TTL