Western Desert

phipessac
    Photos suite
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 663
Depuis le 19 déc 2003
Sud-Ouest
Discussion technique intéressante, il faudrait effectivement la
continuer dans un fil adapté (j'avais proposé à Gautier la
création d'une rubrique "scanner", je crois qu'il y aurait
assez de matière).

Pour en revenir au fil initial, et en attendant les oeuvres de
Jean (le scanner arrive...), voici quelques images de l'oasis
de Bahariya, le dernier soir avant de rentrer au Caire.


Le vieux mur...


Paysage.


Paysage suite.


L'homme et la machine.


Paysan.


Paysanne.

Amicalement,
Philippe
phipessac
    PS
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 663
Depuis le 19 déc 2003
Sud-Ouest
Même si c'est un "faux n&b", je préfère la dernière dans cette version :

Philippe
Eric Bascoul
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 18187
Depuis le 11 mai 2004
Paris
:D Yes Yes, c'est magnifique ! :D
j'adoooooore la 3 :D
Parc Martin Luther King/ Urban Pulse/ Flux dans le métro/ Réflexions/ Par Terre
Artiste plasticien, vente de tirages, formateur post-production RAW, préparation d'originaux pour expositions
Expert conseil chez Elle et Lui Photographie
gautier
Avatar de l’utilisateur
Administrateur
Messages : 11018
Depuis le 21 mai 2003
Toulouse
Et phipessac ce matin sur France Inter !
odenty
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 535
Depuis le 12 avr 2005
Hautes Pyrénées
Ah, pourquoi il nous a pas averti AVANT???
Jean D.
    "20 heures" de TF1
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 6001
Depuis le 24 jan 2004
Paris
Bonsoir ! Parce que Philippe ne le savait pas, Olivier !
En revanche j'annonce ceci : il est possible qu'une minute du journal de "20 heures" de TF1 ce soir soit consacrée au Western Desert, nous venons de l'apprendre...
Ce qui est certain, c'est que je prépare de nouvelles images sur ce thème, que je "posterai" un de ces jours !

Jean D.
odenty
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 535
Depuis le 12 avr 2005
Hautes Pyrénées
En voilà des bonnes nouvelles! Vivement les nouvelles photos! :roll: :roll: :D

Ah ouaiiiiis! Je t'ai vu Philippe! Tu es passé avant Barthès, pas mal du tout! Il m'a même semblé voir Jean D. qui faisait des châteaux de sable, non? Ca a l'air vraiment super comme endroit en tout cas!

Olivier
phipessac
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 663
Depuis le 19 déc 2003
Sud-Ouest
Ben non, ce n'était pas Jean D. qui pourtant fait une très belle
prestation dans le documentaire de 30mn dont sont extraites
les séquences. J'espère que le film complet passera un jour
à la télé !

J'en profite pour annoncer qu'il est possible que Jean D. poste
enfin ses photos d'Egypte sur Summilux : 6 mois après la
mission, le film est sorti, mais on attend encore les photos
de Jean ! Allez Jeannot !!! :wink:
Philippe
herisson
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1238
Depuis le 18 juil 2003
Le Mans
Phipessac.
A l'échelle géologique, 6 mois : c'est rien !!!!! :lol:
Jean-Yves
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2902
Depuis le 13 nov 2004
Lille, Paris
Jean et Philippe : bande de cachottiers... :wink:

En tout cas je suis vert que votre terrain de jeu soit le désert... blanc :lol:

(je sais elle est facile)
"La perfection des outils et la confusion des objectifs sont deux grandes caractéristiques de notre temps." Albert Einstein.
Jean D.
    Enfin mes images !
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 6001
Depuis le 24 jan 2004
Paris
Bonjour !

Ici et , Philippe a écrit :
:oops: Ceci : J'en profite pour annoncer qu'il est possible que Jean D. poste enfin ses photos d'Egypte sur Summilux : 6 mois après la mission, le film est sorti, mais on attend encore les photos de Jean ! Allez Jeannot !!!
:oops: Et ceci : Jean-Yves, si Jean D. t'a promis de scanner tes images, tu peux t'armer de patience : j'attends celles d'Egypte depuis maintenant 6 mois...

:wink: Mais ici, Sylvain lui a fort justement répondu qu’à l’échelle des temps géologiques, six mois est un délai négligeable !

Quoi qu’il en soit, voilà, voilà ! :x On ne peut pas être à la fois au four et au moulin, et puis il fallait que j’achète le scanner, ensuite que j’apprenne à m’en servir ! Puisque c’est comme ça, j’envoie ces images toutes ensemble, vous l’aurez voulu ! :wink:

En cliquant ici, vous pourrez revoir la carte sur laquelle est indiqué le plateau du Gilf Kebir, dans le Western Desert (extrême Sud-Ouest de l’Egypte) : en Décembre dernier, notre petite équipe y a poursuivi - sous la conduite de Philippe - l’exploration du plus vaste champ d’impacts de météorites connu sur Terre, découvert au sud-est du Gilf Kebir lors de notre première mission (Février 2004).

J’ai utilisé le film négatif Fuji Superia 100, puis mon scanner Minolta Dimage Scan Dual IV (avant transformation, donc pas de "bords noirs") ; toutes les images sont "plein format".

L’oasis de Baharyia…
Environ à 700 km au nord-nord-est de notre destination.
Ces huit photos : Leica M3, Summicron f:2/50 mm.


…Une 404 Peugeot ! Serait-ce une réapparition de la fameuse voiture qui, si j’ai bien compris, fut naguère la mascotte de "Summilux" ?

1


Le petit supermarché :

2


Trois étalages… Fruits et légumes proviennent des maraîchages de l’oasis.

3


4


5


Etonnant, trois coffres-forts sont en vente à même le trottoir :

6


L’atelier du photographe :

7


Enfin, le bureau de poste :

8


Allez en route, nous quittons le bitume !
Tarek conduit et Philippe nous guide : aucune carte détaillée n’existe, mais les photographies prises par un satellite, couplées aux données du GPS, lui permettent de connaître en permanence notre position sur l’écran de son ordinateur !

9

Leica If, Summaron f:3,5/35 mm (voir ici :wink: )


Aperçu du "Désert Blanc", sous une lumière aveuglante…
D’étonnants reliefs subsistent, sculptés par le vent dans un calcaire tendre :

10

Leica If, Summaron f:3,5/35 mm


Le "Western Desert" : une immensité gréseuse couverte de dunes, sur des milliers de kilomètres…


Certaines dunes, orientées Nord-Sud, atteignent plusieurs centaines de kilomètres sur une vingtaine de large.
Tarek est un pilote expérimenté : franchir une dune requiert une grande habileté. Il avance le véhicule, ce qui déclenche une sorte d’avalanche, puis ses compagnons se précipitent et placent les plaques de désensablement : ça va passer, à la suite de nos trois autres voitures !

11

Leica M2, Super-Angulon f:3,4/21 mm
(message personnel pour Jean-Marie : tu vois, vieille branche silicifiée, c’est ça, le vignettage !)


Un champ de dunes, jusqu’à l’horizon…

12

Leica M2, Super-Angulon f:3,4/21 mm


Une barkhane (dune en croissant) :

13

Leica If, Summaron f:3,5/35 mm


Sédimentation et érosion…
Rien n’est éternel, la matière minérale se recycle : les roches les plus dures retourneront à la mer…
Le cycle de l’érosion se déroule sous nos yeux, dans un paysage grandiose ; j’en photographie deux exemples où le sable, modelé par le vent, nous offre des images presque abstraites…

14


15


Tôt ou tard, le sable sera emporté vers la mer, qu’évoquent au crépuscule ces rides dessinant un étrange éventail…

16

Leica M2, Super-Angulon f:3,4/21 mm


Ibn Ballas
Une "butte-témoin" de grès du Crétacé encore épargnée par l’érosion : Ibn Ballas, le "Fils des jarres". En Février, nous avions campé auprès d’une butte analogue, mais beaucoup plus imposante : "Abu Ballas", le "Père des jarres". A leur base, de nombreuses poteries demeurent un mystère au plus profond du désert. On conte qu’elles auraient été abandonnées par l’armée de Cambyse, fils de Cyrus et conquérant de l’Egypte en 525 avant J.-C. ; toutefois, leur datation a été estimée autour de 1500 avant J.-C., ce qui indique la XVIIIème dynastie…

17


La vie est presque bannie du "Western Desert"…
Un criquet, naufragé de l’un des énormes essaims qui ravagent le Maghreb, a imprimé sur le sable la trace de son passage :

18

Leica M3, Summicron f:2/50 mm en position "mise au point rapprochée" (à 48 cm).


Le Gilf Kebir
Ce plateau culmine à plus de 1000 mètres.
Tarek prouve encore sa dextérité au volant, dans ce passage qu’il a fallu aménager à la masse !

19

Leica M3, Summicron f:2/50 mm


Seulement quelques averses par siècle…
Aussi le réseau hydrographique des "wadis" ("oueds") n’est-il plus qu’un souvenir fossilisé.
Au fond d’une mare asséchée, voici ce que nous appelons des "polygones de dessiccation".

20

Leica M3, Summicron f:2/50 mm en position "mise au point rapprochée" (à 48 cm).


Cailloutis inondé de soleil…
Mon marteau jeté dans le champ de la photo ? Une habitude de géologue, destinée à donner l’échelle.
Regardez bien : le cailloutis a été jadis orienté par le ruissellement…

21

Leica If, Summaron f:3,5/35 mm


Le grano-classement…
C’est ainsi que nous qualifions le tri naturel des éléments minéraux en fonction de leur densité et de leur forme.
Ici, le grano-classement est l’œuvre du vent :

22

Leica M3, Summicron f:2/50 mm en position "mise au point rapprochée" (à 48 cm).


Nous n’étions pas les premiers !
Maintenant, personne à 500 kilomètres à la ronde… Mais quand cette immensité n’était pas un désert, elle fut habitée par une civilisation dont nous retrouvons parfois un mystérieux message, qui me fascine : par exemple cet assemblage de petites pierres, abandonnées au sol depuis des temps immémoriaux…

23


24

Leica M3, Summicron f:2/50 mm


Outils et éclats de taille
Nous retrouvons souvent des éclats de taille et des outils de quartzite, dont l’âge est évalué entre 300000 et 500000 ans :

25


26

Leica M3, Summicron f:2/50 mm en position "mise au point rapprochée" (vers 60 cm). Particulièrement efficace et performante, cette vénérable merveille d’optique et de mécanique : debout en plein désert et sac au dos, d’une main je me photographie l’autre tenant l’outil, très précisément !


Nous revoici au cratère n° 13 !
Ce jour-là j’en fais le tour avec Philippe par la crête déchiquetée, afin de découvrir des indices de l’impact. En effet, en dépit de l’évidence, nous devons prouver que les nombreux cratères de la région du Gilf Kebir sont bien dus à des impacts de météorites : c’est surtout la tâche de Bruno et de Jean-Marie, les deux minéralogistes de l’équipe.
Lors de cette randonnée, nous recherchons une roche particulière, la "brèche d’impact", et aussi des structures coniques orientées vers le centre du cratère, résultant de la propagation de l’onde de choc ("cônes de percussion").
Les deux petites taches bleues, ce sont nos tentes, un peu à l’abri du vent à l’intérieur du cratère !

27


28

Leica M2, Super-Angulon f:3,4/21 mm
Le diamètre du cratère n° 13 étant d’environ un kilomètre, cet objectif ne parvient quand même pas à l’embrasser en totalité !


La "brèche d’impact"
Cette roche a été produite par l’impact : de nombreux éléments ont été projetés à grande hauteur et sont retombés, ces fragments ont acquis une grande cohésion.
Dans des lames minces qu’il examine au microscope, Jean-Marie observe des "quartz choqués" : ces minéraux, présentant d’inhabituels clivages parallèles, sont des indices de la très haute pression résultant du choc.

29

Leica M3, Summicron f:2/50 mm


Bonjour, Edmond !
Une légende vivante… Edmond est un géophysicien en retraite. Ancien compagnon de Théodore Monod avec lequel il a effectué une dizaine de missions dans le "Western Desert", il connaît la région du Gilf Kebir comme sa poche…
Où va-t-il ainsi chargé ? Edmond est passionné de cerfs-volants : il s’apprête à en diriger un au dessus du cratère n° 13, puis à télécommander un appareil photo numérique "embarqué", afin d’obtenir des vues aériennes !

30

Leica M3, Summicron f:2/50 mm


Pierre joue-t-il dans son bac à sable ?
Non, il travaille ! Pierre est un géophysicien, spécialiste de micro-météorites. Il recherche dans le sédiment des minéraux ferro-magnétiques : ces particules sont arrêtées par deux aimants très puissants lors de leur passage dans l’entonnoir. Facile, penserez-vous ! Certes, mais de retour au laboratoire, la suite sera plus ardue : Pierre observera sa récolte au microscope électronique à balayage et analysera la composition des minéraux.
En somme, Pierre recherche de la matière extra-terrestre…

31

Leica M3, Summicron f:2/50 mm


Que trimballe Essam ?
C’est un ancien étudiant de Philippe, il est planétologue et travaille pour la NASA. Essam établit la "tomographie radar" de certains des cratères, afin d’obtenir une image des perturbations enregistrées par les couches géologiques lors de l’impact. La technologie qu’il expérimente ici sera peut-être appliquée par un "rover" envoyé sur Mars, vers la fin de la décennie…
Essam quadrille un petit cratère qui affleure à peine, presque effacé par l’érosion, en traînant derrière lui l’antenne du radar, accompagné par Pierre et Alain ; ce dernier est un "chasseur de météorites" renommé.

32


33

Leica If, Summaron f:3,5/35 mm


De nombreux cratères sont petits…
Le diamètre de celui-ci n’est que d’une vingtaine de mètres ; remarquez les deux lèvres concentriques, très inclinées. Au premier plan, c’est une boussole de géologue qui est posée sur un rocher appartenant à la lèvre externe.

34

Leica M2, Super-Angulon f:3,4/21 mm


Le cratère n° 13, vu de loin…
Nous sommes allés admirer le plus majestueux de nos cratères en grimpant sur un relief épargné par l’érosion, très escarpé et assez éloigné… Pour le plaisir des yeux, voici le point de vue de deux objectifs différents :


35

Leica If, Summaron f:3,5/35 mm


36

Leica M2, Super-Angulon f:3,4/21 mm


Ce doit être un peu comme ça, sur la Lune…

37


De l’infiniment grand à l’infiniment petit…
Je termine par ce superbe clin d’œil : il s’agit d’un petit crustacé fossile, photographié au microscope en lumière polarisée-analysée (d’où les jolies "teintes de polarisation") ; sa longueur est de 0,8 millimètre. Il dort pour l’éternité, en compagnie de milliers d’autres, dans son tombeau de silice et d’opale : un silex découvert dans le cratère n° 21… Voici des millions d’années, ces animaux minuscules pullulaient dans un lac, au fond de ce cratère, et se sont fossilisés.
Si avec l’aide de Jean-Paul nous parvenons à identifier cette espèce, nous pourrons affiner la datation du champ d’impacts, à laquelle par ailleurs Bruno travaille selon d’autres méthodes…

38


Conclusion…
Cette deuxième mission dans le "Western Desert", dont je viens d’illustrer les principaux aspects, demeure une belle aventure scientifique et humaine, doublée de la découverte de paysages fabuleux. La réunion de nos diverses spécialités nous permet de progresser dans l’étude de ce spectaculaire champ d’impacts de météorites, initialement soupçonné par Philippe lors de l’examen méticuleux de centaines de photographies prises en imagerie radar depuis un satellite.
Philippe et moi conservons cependant un regret : chaque soir, autour du feu de camp, nous n’avons pu nous connecter sur summilux.net depuis la région du Gilf Kebir ! :wink:

Bien à vous, toutes et tous,

Jean D.
« Wir werden Barnacks Kamera bauen ! » (Nous fabriquerons l'appareil photographique de Barnack !)
Ernst Leitz II (1924)
gautier
Avatar de l’utilisateur
Administrateur
Messages : 11018
Depuis le 21 mai 2003
Toulouse
Ce reportage valait bien les mois d'attente. Merci :D
Jean
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1957
Depuis le 17 août 2003
Bordeaux
Merci Jean D. de nous faire partager cette belle aventure avec des photos trés belles et des commentaires bienvenus, parfois indispensables.
Ce genre de reportage n'est jamais facile à réaliser, mais on y retrouve la patte de l'enseignant.
Bravo! Et merci aussi à Philippe, efficace banderillero !! :!: :D
Jean
Damien
Avatar de l’utilisateur
Régulier
Messages : 131
Depuis le 14 nov 2004
Paris
Très belle serie, qui fait vraiment rêver !
herisson
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1238
Depuis le 18 juil 2003
Le Mans
Superbe reportage !

Merci Jean !

T"en a d'autres ?

A+

Sylvain
PrécédenteSuivante

Retourner vers Voyages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités