la documentation de summilux.net

Sommaire > Série R > Boîtiers Leica Reflex > Les Leicaflex et Leica R

Les Leicaflex et Leica R

(1964-2009) - une belle gamme historique

vendredi 12 février 2016, par coignet

Née en 1964 avec le Leicaflex, la gamme Leica R est maintenant arrêtée depuis 2009, le Digital Modul R (DMR, un dos numérique adaptable aux R8 et R9) ayant marqué à la fois le chant du cygne de la série et l’entrée remarquée de Leica dans l’ère numérique, aujourd’hui développée avec les gammes professionnelles Leica S, Leica SL et Leica M.
Malgré les qualités évidentes de l’ensemble de la série, en particulier concernant la gamme des objectifs, elle a généralement, tout au long de son histoire de 45 ans, peiné à s’imposer comme le système reflex de référence.
Les raisons en sont probablement multiples.

Les Leicaflex • 1964-1977

Le Leicaflex de 1964 a marqué une entrée un peu tardive de Leitz dans le monde des reflex 24x36, alors que le Nikon F de 1959 avait déjà largement conquis le marché professionnel, les reporters utilisant souvent conjointement un Leica M et un Nikon F.

Conçu au contraire de son rival de manière non évolutive et sans cellule à mesure de lumière TTL (à travers l’objectif), il a dû être plusieurs fois mis à jour afin de répondre aux évolutions rapides des techniques, avec le Leicaflex SL de 1968 à mesure TTL, puis le Leicaflex SL2 de 1974 à la visée améliorée et plage d’analyse de la lumière étendue, également modifié pour recevoir de nouveaux objectifs non compatibles avec les précédents modèles.

Les Leica R remplacent les Leicaflex • 1976

Leitz connaissant des difficultés financières dans les années soixante-dix, devenu le groupe Wild-Leitz, s’avère incapable de continuer à commercialiser ces boîtiers dont la production était trop coûteuse, et remplace dès 1976 le Leicaflex par une nouvelle gamme R, née avec le Leica R3, possèdant un automatisme de l’exposition.

Une nouvelle fois, comme en 1968 avec le Leicaflex SL, le système de couplage des objectifs est modifié. Les objectifs anciens doivent être adaptés en atelier pour être utilisés avec le nouveau boîtier.
Conçu très rapidement en association avec Minolta, ce nouveau R3 a une durée de vie très courte, remplacé dès 1980 par le Leica R4, plus compact, et possèdant deux automatismes de l’exposition et un mode programme intégral.

L’ère des Leica R compact • 1980-1997

Le Leica R4, joli appareil photographique compact, connaît un très bon début de carrière, malheureusement rapidement freiné par des soucis importants de fiabilité de son électronique, qui a été plusieurs fois révisée, jusqu’à l’apparition de sa première mise à jour importante sous le nom de Leica R5 en 1987, puis Leica R7 en 1992.

Dans le même temps, Leica produit deux variantes à obturateur mécanique de son boîtier R compact, les Leica R6 de 1987 et Leica R6.2 de 1992, et des adaptations simplifiées des R électroniques, les R4s, R4s MOD 2 ou MOD P, et R-E.

Les derniers Leica R • 1997-2009

Avec le Leica R8 de 1997, Leica abandonne la gamme des reflex compacts initiée avec Minolta, et propose un dernier boîtier reflex électronique aux performances très améliorées : un mode programme avancé, un viseur de plus haute qualité, un obturateur formant le 1/8000e de seconde.
En 2002 le R8 évolue en R9, simple mise à jour du boîtier, et dernier né de la gamme jusqu’à la fin de commercialisation.

L’entrée dans le monde numérique • 2005-2007

Le Digital-Modul-R est un exemple unique de dos numérique interchangeable pour format 24x36, utilisable sur les Leica R8 et R9.
Malgré un véritable succès d’estime, il n’a été commercialisé que deux ans.

En conclusion : une succession de rendez-vous souvent manqués…

Toujours d’une grande qualité de construction mécanique, fréquemment révisés et mis à jour, donnant accès à une gamme d’objectifs d’une qualité unique, soit d’origine Leitz-Leica, soit conçus et construits par les plus grands opticiens (Angénieux, Minolta, Schneider, Zeiss), les séries Leicaflex et Leica R semblent avoir toujours couru après la concurrence, proposant, souvent avec un léger retard, des solutions techniques généralement non évolutives pour ses boîtiers, là ou d’autres fabricants de premier plan ont proposé des appareils systèmes aisément mis à jour avec des contraintes moins élevées pour l’utilisateur.

Les années passant, la plus grande lacune, qui a probablement précipité la fin de la gamme, est certainement l’absence d’autofocus, alors que Leitz avait pourtant déposé un brevet de système autofocus et présenté en 1976 le Correfot à la Fotokina.

à gauche, prototype de 1976 sur un Leicaflex SL2 ; à droite, prototype de 1980 sur un Leica R4

En 2009, après avoir temporairement annoncé la sortie prochaine d’un Leica R10 numérique, Leica a arrêté la production de cette gamme.