leica II Heer

bobo75
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1124
Depuis le 22 nov 2012
Pune (India)
Bonjour,
Je suis en possession d'un boitier Leica II (couplex) chromé avec son elmar 50 f3,5. Les deux sont, selon la base summilux, de 1938.
L'appareil et l'objectif sont gravés Heer et l'ensemble est rangé dans un étui en cuir Leica embouti WH.
Y a t il par ici quelqu'un qui saurait me renseigner sur l'histoire de ce boitier ? Apparement, les boitiers de la Wehrmacht commencent à partir du modèle IIIb et IIIc. Celui-ci aurait il été livré plus tôt à l'armée ?

Quelques images :










Liegeois
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 720
Depuis le 13 nov 2012
Liège - Belgique
Bonjour
J'ai peu d'expérience pour ces boitiers militaires ... mais ceux que j'ai vu ont une gravure "Heer" sur le dessus du capot.
Sur la face arrière, ce sont plutôt les "Luftwaffe Eigentum"
De même la gravure sur l'optique semble récente avec des arrêtes encore très vives ?
A investiguer en tout cas ;-)
Oufti ! Vive le C4DV !!!
M3 et le ciel t'aidera !
benjadu63
    Re: leica II Heer
Régulier
Messages : 155
Depuis le 18 août 2018
Riom, un catalan exilé...
Comme liégeois, je reste dubitatif.
En effet, si, cette fois encore, je me réfère au n° 25 de la revue VIDOM, n° consacré aux Leica à marquages spéciaux, il en ressort que :
- aucun Leica II n'est connu avec une gravure militaire,
- les seuls boîtiers gravés "Heer" ou "W.H." sont des IIIc,
- quand "Heer" est gravé, c'est sur le dessus du boîtier, à la suite des gravures habituelles,
- quand quelque chose est gravé sur le pourtour du capot supérieur (ex. : "Leitz-eigentum"), c'est au niveau de la roue des vitesses et du déclencheur, pas sous les oculaires comme sur le tien,
- le seul Elmar gravé "Heer" présent dans la revue est gravé sur la couronne frontale, ceux qui ont une gravure à la couronne de base du fût sont gravés "W.H.".

Mon cher William, j'ai bien peur que ces gravures ne soient pas d'époque.
Mais bon, je ne suis pas spécialiste, juste un lecteur attentif de ma documentation.
Attendons que des forumeurs plus avisés te donnent leur avis.

PS : je crois que Leica conserve dans ces archives les registres avec tous les n° de boîtiers et à qui ils ont été livrés. Il serait intéressant de leur écrire. Tu serais fixé.
Ex-Benja.
JFK
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 3319
Depuis le 29 jan 2006
Rennes
Je confirme les doutes.
Paul-Henry van Hasbroeck ne cite que des IIIb, IIIc et IIId comme ayant été fournis aux forces armées.

Toutes ses photos, et elles sont nombreuses dans la partie "The war Leicas" de son ouvrage de référence, notamment p.89 de l'édition révisée de 1995, montrent que le gravage "Heer" est sur le haut du capot, en dessous de l'inscription "Wetzlar"...

JFK

NB: la seule exception comparable, avec gravure sur le côté postérieur du capot ou sur la vulcanite du dos, est pour l'inscription "Luftwaffen-Eigentum".
80% Leica 20% Nikon 10% Blad 10% Pentax...
bob_j
Avatar de l’utilisateur
Messages : 87
Depuis le 13 juin 2007
Diverses, Afrique surtout
Bien le bonjour...

Ah la passionnante sinon drolatique (ou drôlatique, sur ce point les avis divergent) affaire des marquages ! C’est de leur réel motif de réalisation sur lequel il ne peut y avoir divergence question absurdité en usage opérationnel donc aussi véritable provenance, aussi des moyens et techniques improvisés employés... pour en faire la « promotion » commerciale passé l’immédiat après-guerre dont il faudrait déjà faire récit, pardon un roman puisqu’il faut bien ne froisser personne pour la paix de l’âme des innocents ; disons qu’à côté de semblable opération reproduite sur du matériel authentique certes de valeur et coûteux mais au demeurant for simple, le maquillage d’appareils Russes ne sera tout au plus que de l’enfantillage sinon un leurre qui semble avoir rempli son rôle.

Sans doute avez-vous déjà eu la chance que l’iconoclaste n’exerce pas son talent sur le fût même de l’objectif.

A savoir que les marquages de fantaisie sur pièce authentique sont d’usage depuis fort longtemps, cela naturellement pour des raisons pas toujours fantaisistes mais aussi de pure spéculation sur l’infinie crédulité humaine sinon la recherche de valeurs lorsqu’il s’agit de collection et business associés, la gravure et sa justification a posteriori c’est à dire passée la période du souvenir étant plus simple à mettre en pratique que la reproduction d’un tableau oublié du Caravage.

Effectivement constatés dans ou pratiqués par les services de l’état et d’autres contractants civils hors activités opérationnelles du temps de guerre, ceux concernant le matériel à usage militaire opérationnel relèvent de l’inconscience amenant à réprimande -ne vous y trompez pas, ce n’est pas d’une petite tape sur les doigts dont il est question avec ce terme, c’est d’une sanction juste un petit cran au-dessous de la dégradation pure et simple- ceci pour d’éventuels individus d’un certain grade mais responsables… ou plutôt irresponsables.

De fait quel bureaucrate d’un certain rang, transgressant ainsi les directives issues de n’importe quel Etat-Major digne de ce nom et l’OKW, pardon l’OberKommando der Wehrmacht ne peut être malgré tout considéré comme le pire du point de vue sécurité donc respect de ses procédures, quel gestionnaire zélé à l'excès, enfermé dans son fondamentalisme boutiquier en résumé disais-je donc, imposerait la pratique de tel marquage comportant un élément distinctif sur un matériel d’usage spécifique qui plus est de faible valeur, je vous le demande ? Ne dites rien, tout esprit curieux aura déjà son idée sur le sujet ; c’est très exactement de ce genre de fantaisie dont les éternels curieux d’un, pardon des autres bords raffolent… ou raffoleraient.

De toute manière, « l’affirmation de propriété est bonne pour les civils, les caisses d’armement de peur que le contenu ne s’égare et la valise diplomatique pour que nul ne sache où il va encore s’égarer... », voici encore là une aimable plaisanterie qui circula dans les couloirs et règle le cas possessif du verbiage à base d’« Eigentum ».

Pour en revenir à la vérité historique, en ce qui concerna déjà l’usage opérationnel justement et en déploiement, ne serait-ce que pour les personnels recrutés par l’Abwehr, pour prendre un exemple des plus démonstratifs, ceux-ci étaient naturellement vierges de toute inscription « suspecte », achetés sur place même ou du moins dans une zone « neutre » pour éviter toute identification par les numéros de série et ce n’était pas de la paranoïa car la surveillance de ce marché était effectivement de bonne pratique pour notre brave section de centralisation du renseignement qui n’a certes pas démérité dans l’histoire… même après et surtout en période d’occupation.

Livré à l’armée -de terre en l’occurrence-… seule la consultation des registres d’allocation permettrait d’être -relativement- affirmatif, sachant que même les numéros de série peuvent être aisément reproduits sur des capots vierges et ceci ne confirmant en aucune manière l’authenticité du marquage bien entendu.

A noter que les modèles de service utilisés à cette époque ont très tôt -plutôt- été fournis avec les Summar puis Summitar et que certains appareils, par exemple ceux « réaffectés » notamment et dans cet esprit de soumission aux futurs blocs de l’immédiat après-guerre, de la Stadt ou Kriminal Polizei -Stapo ou Kripo suivi du lieu d’affectation sur le boîtier à mon souvenir, bandeau supérieur arrière- à usage non proprement militaire donc, ont, pardon auraient vu tout ou partie de leurs éventuels marquages eux au moins d’une certaine élégance -un tantinet moins falsifiables donc- disparaître, l’absence de signe distinctif étant en effet de rigueur en période de troubles sinon suspicions et l’on comprendra aisément pourquoi.

De ceux-ci pourra-t-on peut-être en retrouver quelques-uns non dénaturés... Outre-Atlantique naturellement.

Lorsque l’histoire s’efface puisqu’elle se faisait déjà discrète…

Est restée légendaire, comme témoin de la fragilité de la logique humaine et de l’influence des médiatisations devenues référence si elle sont inscrites sur papier de qualité, l’histoire de l’un de ces appareils qui, tout naturellement sans marquage distinctif, vit son possesseur au désespoir de le faire reconnaître malgré force photographies d’époque le représentant dans les mains expertes de personnages dont l’appartenance ne faisait elle aucun doute...

Or donc et même si l’on tient compte de l’hypothèse d’une absurde surcouche obsessionnelle de maquillage dont vous pourrez ainsi narrer l’histoire -la vraie- au visiteur de votre musée personnel sinon dénoncer la manipulation, vous avez là un fort bel ensemble cohérent qui, de toute manière et tout comme ses prédécesseurs qu’ils aient été à usage civil ou militaire, aura brillamment « passé » l’épreuve du conflit et reste opérationnel plus de trois quart de siècle après sa première mise en service si je puis dire, été surtout le témoin d’une histoire trop vite oubliée, car c’est bien là l’important.

Le bonsoir chez vous et restez curieux.
a.noctilux
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 8135
Depuis le 9 mars 2007
Montpellier
:content-anim:
Pourquoi faire court quand on peut faire très compliqué :!:
FRISCO
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 3936
Depuis le 20 nov 2008
CARRÉMENT À L'OUEST
Et encore ce message est assez bref par rapport aux habituels :mrgreen:
LE PLANAR C'EST LE PANARD
bob_j
Avatar de l’utilisateur
Messages : 87
Depuis le 13 juin 2007
Diverses, Afrique surtout
Amusante cette allergie à l’érudition façon duettistes, serait-ce un épisode névrotique à tendance narcissique chez les tribuns ?
-Stop, pas de panique, je plaisante itou... allez tiens, je me fends d'un de ces trucs bizarres qui vous font passer pour cool :lol: -.

Et pourtant, plus sérieusement…

En direct de nos amis Américains.


C’est de l’art aztèque, peut-être ?

Troublant lorsqu’on connaît un peu l’endroit, non ? Sacrés civils…
jed
Avatar de l’utilisateur
Régulier
Messages : 160
Depuis le 10 mars 2007
val de Marne, Haute Provence
bob_j a écrit :
Amusante cette allergie à l’érudition façon duettistes, serait-ce un épisode névrotique à tendance narcissique chez les tribuns ?
-Stop, pas de panique, je plaisante itou... allez tiens, je me fends d'un de ces trucs bizarres qui vous font passer pour cool :lol: -.

Et pourtant, plus sérieusement…

En direct de nos amis Américains.


C’est de l’art aztèque, peut-être ?

Troublant lorsqu’on connaît un peu l’endroit, non ? Sacrés civils…



Douteux... Ils avaient plutôt des Contax. Quoique sur le 'Gneisenau' il y avait un Leica (vérifié lors d'une consultation au fort d'Ivry)
bob_j
    marqué du sceau de l'infamie
Avatar de l’utilisateur
Messages : 87
Depuis le 13 juin 2007
Diverses, Afrique surtout
Absolument gentleman, ou plutôt gentlemen pour ceux qui restent abonnés à la culture, les optiques Zeiss ou Schneider étant autrement plus prisées que le reste de la production de l’époque pour un usage professionnel.

Pour les curieux impénitents… Gneisenau, élégant croiseur lourd dit « de bataille » sistership Scharnhorst (l’un des navires les plus malchanceux qui soit au demeurant) ; la brasserie juste sous les 152, pardon 6 inches du HMS Belfast qui est intimement lié à ce dernier étant l’un de mes points de chute favoris à Londres -ils ont des cannelés, autre péché mignon-.

Attention, il s’agit sur ce modèle très certainement douteux -mais pas au sens propre- de la démonstration, ou supposition -soyons critiques- de pratiques essentiellement civiles -cqfd- d’avant-guerre (celui-ci doit dater de 1937, répertorié comme III F-Fox, fenêtre « ronde » plus classique des IIIb), autrement affublé fort logiquement d’un Summar de... 37 aussi dont la lentille frontale est immaculée, très utilisé compte tenu de l’aspect du fût mais qui semble avoir été parfaitement entretenu sans excès, mat d’aspect soit probablement un appareil de service ; à noter que le barillet est avec ergot de couplage, l’absence du 1/1000ième n’accréditant pas la thèse du rétrofit, enfin le retardateur a visiblement été très sollicité.

J’ai fait venir l’objet pour examen...

La suppression avec recouvrement dur des inscriptions « critiques », probablement Stapo -voir plus tard Gestapo- plutôt que Kripo, est cohérente avec la pensée de l’après-guerre où tout ce qui portait ce genre d’argument publicitaire faisait courir un risque à son propriétaire.

Les temps ont bien changés...
AAA
Régulier
Messages : 179
Depuis le 30 août 2013
Ardennes belges
<<<cette allergie à l’érudition>>>

Allergie à l'érudition ou allergie à son exhibition gratuite et - il faut le reconnaître - un peu absconse dans la mesure où on se demande légitimement ce qu'elle vient faire dans une discussion simplissime qu'on pourrait résumer en : " oui ou non ? ".

<<<le barillet est avec ergot de couplage>>>
Pour qu'y coupler sur un vissant ?
Merci d'éclairer ma lanterne.

<<<Les temps ont bien changés...>>>
Sans " s " !
L'érudition, la vraie, ne se conçoit dans l'esprit d'un Gentleman même exhibitionniste - ce qui est son droit, j'en conviens - que parfaite et une orthographe sans faille est un des piliers de cette perfection, le plus élégant peut-être.

Respectueusement vôtre…
bob_j
Avatar de l’utilisateur
Messages : 87
Depuis le 13 juin 2007
Diverses, Afrique surtout
J’en prends note et je n’en disconviendrai pas, sauf que je ne suis pas pour ma part et à proprement parler ce genre de gentil garçon que l'on nomme gentleman et qu'il sera tout de même préférable d'éviter les choses par trop discourtoises façon reprise en coeur des vierges qui ont encore besoin de s'affirmer, aperçu ? Bien... j'aime l'action diplomatique, la paix les plans qui se déroulent sans problème… autrement je vois déjà que le coup de la trop belle et grosse faute en fin de parcours marche encore bien pour faire sortir les embusqués -je plaisante, naturellement- ; je compte donc sur votre sagacité pour excuser à l’occasion tout défaut manifeste de concentration de ma part, ce qui ne manquera pas d’arriver, personne n’étant parfait. En tous cas, lorsque quelqu’un apporte aimablement un élément certes informel, j'aime à croire que les Gentlemen (avec la majuscule à l’anglaise, je progresse) disent simplement merci, même moi qui n’en suis pas un, je respecte au moins cet usage.

Au fait, chers nouveau gardien de l’orthographe et consorts, à part dire la messe des béni oui oui, c’est oui ou non et pourquoi pour le couplex, parce que c'est cela le but initial, non ? Je déconne, la suggestion est stupide, ils n’étaient pas là pour cela.

Or donc cessons là l'humour et les enfantillages, le dossier de ces marquages militaires serait-il à ce point sensible ? Sans doute et preuve en est ; quelle est en résumé la probabilité qu’ils soient authentiques dans ce cas précis comme dans le cas général d’ailleurs ? Nous en sommes à la concaténation, à l’exposition des faits et hypothèses dont certaines ne peuvent hélas plus être vérifiées compte tenu du contexte actuel ou l’authenticité des sources documentaires est sujette à caution, fonction même du nombre important et de la qualité des falsifications ; c’était pourtant bien la question, le sujet et l’état de l’art il me semble ? Il me semble aussi dès lors qu’un simple oui ou non soit un tantinet léger sinon coupable comme réponse.

Bref, concernant ce barillet des vitesses...

Qu’y coupler  ? Avec un peu d’imagination tout bonnement un posemètre par exemple… oui ? Non ? Allez, osons le peut-être et si oui lequel à l’époque ou quand ? Il faut là encore INVESTIGUER, on vous l’a dit et répété, peut-être trouver une bonne âme loin de celles qui obéissent au principe de Dilbert.

Mes devoirs, mon ami…



jed a écrit :
bob_j a écrit :
Amusante cette allergie à l’érudition façon duettistes, serait-ce un épisode névrotique à tendance narcissique chez les tribuns ?
-Stop, pas de panique, je plaisante itou... allez tiens, je me fends d'un de ces trucs bizarres qui vous font passer pour cool :lol: -.

Et pourtant, plus sérieusement…

En direct de nos amis Américains.


C’est de l’art aztèque, peut-être ?

Troublant lorsqu’on connaît un peu l’endroit, non ? Sacrés civils…



Douteux... Ils avaient plutôt des Contax. Quoique sur le 'Gneisenau' il y avait un Leica (vérifié lors d'une consultation au fort d'Ivry)



L’E.C.P.A.D je suppose… des gens très bien ma foi.
jed
Avatar de l’utilisateur
Régulier
Messages : 160
Depuis le 10 mars 2007
val de Marne, Haute Provence
bob_j a écrit :
L’E.C.P.A.D je suppose… des gens très bien ma foi.




Oui exact, il faudra que j'y retourne tant la consultation du fonds est passionnante.

De mémoire, il me semble que les livraisons 'militaires' de Leica sont connues. Il suffit d'envoyer un mél au service clientèle et on vous dira à qui a été livré votre boitier. Je l'ai fait pour un III qui avait le petit numéro '375'. Bobo75 peut faire la démarche et si on lui répond que le boitier était destiné par exemple à un revendeur civil sur Leipzig... la messe est dite.

Retourner vers Leica à vis

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités