Petit comparatif du S2 avec le Nikon D3x

Stephan_W
    Petit comparatif du S2 avec le Nikon D3x
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3321
Depuis le 31 mars 2008
Mulhouse
« Mon » concessionnaire Leica m’a proposé d’essayer un S2. Après réflexion j’ai sauté sur le coup, car je voulais toujours savoir si le S2 présente un réel avantage contre mon Nikon D3x.

Je profite de vivement remercier Didier et son équipe de passionés à Guebwiler, et vous passe leur référence :
Studio Jean Paul ,101 Rue République, 68500 Guebwiller, France
http://www.studiojeanpaul.fr/


Pour marquer le coup, j’ai engagé un mannequin, car je me disais que c’est bien plus sympa que de faire des photos de briques, et il me faut aussi connaître la qualité de l’appareil avec ce que j’aime photographier.

Pour la comparaison, voilà donc mon Nikon D3x « spécial », sans filtre AA et avec un profil LR dédié (calibrage avec Colorchecker). Je lui ai assorti le Nikkor Macro 60/2.8 G. Non seulement c’est un objectif de grande qualité, mais aussi il correspond assez bien au 70/2.5 (focale équivalente à 56 mm).

Prise en main.

Bon je pense que tout le monde à eu l’occasion de prendre en mains un Nikon « pro » : Une réelle brique mais très bien à prendre en main, surtout quand on veut faire du portrait. La prise de vue verticale est très intuitive, tout est à sa place, tout est logique et simple, même si pour le débutant les boutons et affiches sont nombreux (et, en plus, programmables).

Le S2 par contre est le contraire : Design épuré, un peu « Bauhaus », mais taille similaire du D3. Pas de question, il est bien plus beau que le Nikon. La prise en main du S2 est facile et aisé. Même sans grip vertical, la prise de vue en portrait est facile, un peu comme avec le M9. L’appareil n’est pas plus grand ou plus lourd qu’n D3. Par contre, l’objectif est grand : Style boite ravioli, il à la taille d’un zoom Nikon. Mais l’ensemble reste agréable, pas trop lourd et très bien équilibré.

Je n’ai pas eu beaucoup de temps de comparer les affiches du S2. L’écran couleur « au top » est joli, mais en plein soleil il n’est pas très bien lisible. Aussi, les menues manquent un peu de clarté et logique, mais c’est probablement mon manque d’habitude et le manque de temps. Finalement je suis venu pour faire et comparer les photos et pas pour comparer des menus.

Justement, prendre des photos. Alors tout de suite la différence est claire : Le S2 est la « Rolls » de ce comparatif. Le viseur est simplement splendide ! Si on connaît la qualité d’un viseur R6, alors on a la même vue en grand, et en très grand. Simplement magnifique ! La mise au point est rapide, avec un feeling des objectifs Nikon AF (mais c'est du IF, bien sur). Par contre, l’AF est très centré, ce qui demande une mise au point à l’ancienne : Viser, maintenir le focus, recadrer. C’est lent et on a l’impression que c’est moins précis. Et après : Déclenchement ! Souple, soft, agréable et pas bruiant.

En comparaison, le D3x se comporte comme une Renault Gordini : Rafale, AF précis et ultrarapide, déclenchement à la mitraillette, avec un bruit « cheap ».

A mon avis, le S2 est un reflex à l’ancienne, comme un Nikon F3. Sobre, simple mais très, très précis et agréable. Et la visée est simplement d’un autre monde.

Et apparemment on peut changer les verres de visés (comme sur le D3x d’ailleurs), ce qui devrait faciliter la visé avec des objectifs manuels.

En pratique :

En suite, je fais des photos avec les deux boitiers. Rien à signaler, on s’habitue rapidement au mode S 2, un peu plus lent mais, nous le verrons plus tard, tout aussi performant.

Par contre, le fait d’utiliser un boitier qui représente le triple de la valeur du Nikon, qui lui est aussi un des plus chers reflex du moment, limite un peu mon enthousiasme. Bonne idée de Leica d’offrir une assurance, mais cela renchérie encore le paquet.

On s’habitue vite au S2, même si quelques réglages (Le « A » n’est pas le mode « A » mais il faut tourner la molette etc) sont un peu tordus. La plus grande différence entre ces boitiers est le viseur, magnifique pour le S2, et la façon de faire la mise au point plus moderne et plus rapide pour le Nikon D3x.

Donc je dirais que le Nikon à un poil d’avance pour un "shooting", surtout avec sa poigné intégrée et, à mon avis, une meilleure lisibilité des réglages.

Les résultats

Une fois à la maison, les cartes CF sont vidées. Le S2 fait sentir le poids de ses fichiers. Donc prévoir un certain temps, même avec un ordinateur puissant. Mais le Nikon ne fait pas mieux : Si le poids des fichiers NEF n’est qu’un peu plus que la moitié de ceux du S2, ils doivent être convertis du NEF en DNG, ce qui prend aussi pas mal de temps. A la fin, la différence n’est pas très grande.
Le tout à été traité par LR, ce qui permet une comparaison aisée.

Les photos ont été prises en mode A, avec une ouverture de 5,6 pour le Nikon et de 7,2 pour le S2, pour avoir une profondeur de champs comparable. Quelques photos ont été prises à pleine ouverture (2,8 et 2,5 donc), ce qui fait un champ de profondeur plus réduit pour le S2. Au studio, les photos ont été prises en mode M.

Alors, qu’est que ça donne?

Les fichiers sont tous très propres, les couleurs étonnamment semblables, ce qui est partiellement du au calibrage du D3x. Par contre, les noirs du D3x ont une touche de violet, à cause de l’absence de filtre AA (un peu comme le M8).

La mise au point du S2 est presque sans faille, comme celle du D3x d’ailleurs. Quelques photos sont ratés car l’autofocus n’a pas trouvé le bon point (ou c’est moi qu’il ne l’a pas trouvé), mais les cas sont très rares et similaires pour les deux boitiers.

Le contraste et le piqué sond égal pour les deux boitiers. Le Nikon est réglé à 100 ISO et le S2 à 160. Le mannequin à insisté de porter un pull noir qui fait un contraste extrême avec sa peau claire. Du coup, il y a quelques petites parties brulées sur le visage, sur les deux boitiers (le Nikon se sort un peu mieux, avec son capteur CMOS qui permet de mieux rattraper par un traitement). Rien de grave, mais la prochaine fois je vais sous-exposer. Ce qui est agaçant, c’est que le contrôle sur les boitiers n’a pas pu avertir suffisamment le problème.

Et alors, les détails ? ça déchire, le S2 ? Oui et non. Bien évidemment, le S2 avec 50% de pixels de plus (donc environ 20% dans chaque axe) montre un avantage contre le D3x. Toutefois, en pratique, sur écran et imprimé, la différence reste quasiment imperceptible. C’est vrai que sur un portrait classique, le S2 permet des études d’anatomie intéressantes, et des agrandissements incroyables. Mais le D3x n’est pas loin du tout. Et en pratique, c’est plus important d’avoir fait une mise au point parfaite que de choisir un boitier sur l’autre. Il y a des nuances de couleurs, de netteté, de rendu aussi, mais il ils vont une fois en faveur du S2, et l’autre fois en faveur du Nikon. Sur le lot de photos prises, il n’y pas d’effet « Leica » ou on pourrait distinguer immédiatement un boitier. De plus, j'ajoute souvent un post-traitement personalisé, qui éffacerait tout différence.

J’ai fait des tirages en A2 que j’ai soumis à des personnes neutres. Personne n’a donnée une préférence à un des boitiers. Toutefois, les hautes lumières mal récupérés (car parfois irrécupérables) ont parfois fais la différence.

A ce point, je me permets d’insérer une remarque : j’étais plutôt déçu du « bokeh » du Summarit-S 70/2.5 à pleine ouverture. Je le trouve moins agréable que sur le Micro Nikkor 60 AFS G à 2,8. Je n’ai fais pas assez de photos à pleine ouverture, mais il me semble que le bokeh su Summarit est très proche du Summicron ASPH, qui n’est pas non-plus un des meilleurs à mon gout. Mais cela dépends aussi du sujet et de la distance. Et du gout personel, bien sur.

Donc, en résumé, dans le lot des photos que j’ai fais, la qualité Leica ne se distingue pas vraiment dans les images, mais plutôt dans la conception et prise en main de l’appareil. Les deux boitiers ont délivrés des images d’une qualité exceptionnelle, avec un petit « extra plus » du S2.

Ceci dit, ce constat s’entend jusqu’au format A2. On m’a conseillé de comparer à B0, mais cela dépasse le format que j’utilise. Je n’ai pas d’imprimante adéquate à disposition pour comparer des tailles supérieurs à A2.

Vous pouvez télécharger et comparer quelques fichiers ici :
http://steves.zenfolio.com/p439178098


Quelques remarques supplémentaires :


Si on veut utiliser le boitier pour un but précis (pour moi, portraits et nature), il faut prendre en compte le système complet comme il est proposé par les marques. Nikon, par exemple, brille par une offre exceptionnelle d’objectifs de très grande qualité. Du zoom voyage aux focales fixes il y en a pour tous les gouts et besoins. Je dirais par expérience que les nouveaux objectifs AFS-G (notamment le 85) sont exceptionnellement bons. Bien sur, il faut pouvoir avaler le look « plastic » des objectifs moderns mais du coté qualité, c’est du top. Ensuite, et pour moi c’est le point le plus important, c’est le système des flash Nikon CLS, qui est vraiment un outil redoutable. Par infra-rouge ou par radiocommande, les possibilités sont nombreuses. Et ça marche. Surtout pour moi qui aime faire des photos dehors, ces petits flashs sont très pratiques. Combinés avec des pare-soleils et diffuseurs, ce système permet de parer quasiment toute situation photographique.

Leica, par contre, c’est l’anti-these de ce système. Donc simplicité et limitation à quattre focales actuellement (si on a les sous pour les payer, bien sur). Vu le besoin accru de lumière, il faudra investir dans des flash studio ou embarquer systématiquement un trépied.

Aussi, je n’ai pas fais de comparaison « ISO ». On le sais bien, le capteur du S2 est plus limité dans ce domaine. Pour moi, cela ne fait pas de grande différence, j’adapte la lumière à mes besoins. Il y a des photos ou le D3x est limité également, et qu’on utilisera un D700-D3s.

Et le prix dans tout cela ? Un équipement Nikon complet n’est pas donné non plus. Quelques objectifs de qualité, quelques flash (dans mon cas 5 flash SB900 et plus) et un système de radiocommande, le tout s’additionne et rapidement, avec quelques objectifs de pointe, on ne sera pas trop loin d’un S2 avec un objectif.

Mais on aura un équipement de très bonne qualité pour couvrir quasiment tout besoin photographique. Et je ne parle même pas de vidéo.

Un bilan tout provisoire:

On l’a compris, difficile de comparer des pommes avec des poires. Le S2 n‘est pas une alternative pour un boitier reflex pro. Ce n’est pas comme le M9, qui lui aussi est le produit d’une philosophie différente, mais qui à l’avantage d’être compact, tout en offrant une qualité égale à un boitier pro (35 mm, donc). En plus, il y a la possibilité de s’équiper sur un marché d’occasion riche d'objectifs (Nikon, Zeiss, même Leica R).

Le S2 n’est pas une alternative pour un boitier reflex « pro ». Plutôt un complément. Le petit plus de résolution devient tout relatif si on doit « bâcher » à cause de manque de lumière, manque de studio ou manque de confiance dans l’alarme de sa voiture.

Donc, à mon avis c’est plutôt pour les possesseurs de boitiers moyen format que le S2 est conçu. Pour eux, la différence de résolution (s’il y en a) ne se fera pas sentir, ils sont équipés de flashs studio et ont l’habitude de prix élevés. Pour eux, le S2 est un réel progrès : Objectifs conçus pour les capteurs digitaux, étanchéité, maniabilité. De plus, ils peuvent utiliser leurs objectifs avec des adaptateurs, ce qui réduit un peu le cout d’entrée pour le S2.

Petite annotation personnelle :

Ce comparatif n’a rien de scientifique. Il est fait pour me rendre compte d’une éventuelle utilité qu’un S2 pourrait avoir pour moi. Donc c’est très « perso » et mes besoins et ma manière de photographier influencent beaucoup comment j’ai essayé de comparer ces deux systèmes.

La raison me dit : Le Nikon est polyvalent, s’adapte à toutes les situations, en plus je suis déjà équipé de tout ce qui me faut. Sur les photos que j’ai comparé, la différence de qualité du S2 est bien là, mais sur les photos en A 2 quasiment imperceptible. Les projets photographiques que j’ai actuellement (portraits en nature) m’incitent à penser en « Nikon CLS » plutôt qu’en équipement studio ou voyager avec trépied.

La raison me dit aussi que d’emporter un objet d’une telle valeur peut être pénalisant. Mon objectif serait le 120. Avec cette combinaison sur un marché provençal ? Plutôt pas. Dans les champs et écuries ? Je ne pense pas non-plus. Au bord de l’eau, dans une rivière ? Non. Dans le sable d’une plage ? J’hésiterais.

Par contre, la passion me dit : Je veux regarder mes mannequins à travers ce magnifique viseur ! Ils me sourireront tout différament. Et le S2 est beau, la qualité de l’image est impeccable, même si je ne ferrai rarement des agrandissements supérieurs à A2.

Si vous avez une opinion ou un conseil à me donner, n'hésitez pas. Votre avis est bienvenu.

Annexe :
Le D3x produit 6046 x 4032 pixel, ce qui équivaut 64 x 42,7 cm en 240 ppi ou 51,2 x 34,1 en 300 ppi

Le S2 produit 7500 x 5000 pixel, ce qui équivaut 79 x52,9 cm en 240 ppi ou 63,5 x 42,3 en 300 ppi

PS : Vu la longueur du texte, veuillez excuser mon français basique et les fautes orthographiques
yousse
    ...
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1848
Depuis le 6 sep 2005
Belgique, Mons
Bravo et merci pour ce comparatif.
"Il est impossible de sortir de votre peau pour rentrer dans celle de quelqu'un d'autre .... La tragédie d'un autre n'est pas la même que la vôtre." Diane Arbus
Stephan_W
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3321
Depuis le 31 mars 2008
Mulhouse
merci :D

aujourd’hui, j'ai commencé d'imprimer des agrandissements, environ 1/5eme de la taille du fichier en A2, et voilà la différence deviens clairement visible. Mais pour dire ce que c'est peu!

Autre constat: Une minuscule erreur de mise au point (avec AF) peut gâcher tout le résultat.
Summicron2
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 3736
Depuis le 19 juin 2003
Nancy, France
citation :
Les photos ont été prises en mode A, avec une ouverture de 5,6 pour le Nikon et de 7,2 pour le S2, pour avoir une profondeur de champs comparable


A de telles ouvertures, les différences de qualité optique disparaissent.

Plein pot, cela aurait été intéressant aussi.



:wink:
Stephan_W
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3321
Depuis le 31 mars 2008
Mulhouse
citation :
Plein pot, cela aurait été intéressant aussi.


Mais je n'aurais pas pu faire la comparaison directe avec le 60 AFS, qui n'ouvre qu'à 2,8. Et à 2,5, la profondeur de champs du Elmarit-S est nettement inférieure.
PASQUIER
Habitué
Messages : 874
Depuis le 23 oct 2009
BOURGES
Merci pour ce retour d'expérience.
Ce système S2 est étonnement bien discret sur les forum, qu'il s'agisse des 24x36 ou des moyens formats.
Sacrée prise de risque pour Leica d'avoir abandonné le système R et toutes ses optiques.
Il semble quand même que les internautes considèrent le S2 comme un moyen format dans son usage, même si le S2 est taillé comme un 24X36 survitaminé.
La comparaison semble faire rage entre le S2 et le concept Hasselbladt, ce dernier ayant l' avantage de pouvoir changer de dos soit parce que le dos numérique est en panne, soit parce qu'on peut repasser en argentique, avantage sans doute relatif en terme de compacité, d'étanchéité...
Il faut voir avec le recul d'une longue expérience.
Concernant le test des images proposé, c'est vrai qu'avec les traitements d'images, on risque de perdre un peu de personnalité des familles optiques, et puis si l'image est très bonne, les écarts sont infimes entre deux marques.
je viens d'en faire l'expérience durant une semaine, très simplement en exploitant simultanément des jumelles Leica 10X42 et des Zeiss 10X32; franchement à l'oeil les écarts sont infimes malgré des définitions différentes, tout simplement parce que les niveau de qualité sont très élevés.
Bertrand T
Spécialiste
Messages : 1253
Depuis le 16 août 2006
Pays-Bas
Summicron2 a écrit :
Plein pot, cela aurait été intéressant aussi.

Oui mais là on risque de buter sur le problème de la mise au point. Si le S2 oblige à recadrer — avec au passage un petit mouvement de bascule qui décale le plan de mise au point ! — alors que le D3X fait directement le point sur un capteur latéral placé au bon endroit, je crains que le résultat de la comparaison n'aille pas, mais alors pas du tout, dans le sens attendu par les leicadôlatres… :oops:

Et le portrait en studio à pleine ouverture n'est pas un exercice très courant, il me semble.
Stephan_W
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3321
Depuis le 31 mars 2008
Mulhouse
Comme certains entre vous le savent déjà, j'ai finalement "craqué" pour le S2 et quelques objectifs. Après quelques milliers de photos je pense que je peux tirer un premier bilan et comme on ne lis pas beaucoup sur ce boitier ici, je partage mes expériences avec vous.

La raison pourquoi j'ai finalement décidé d'investir dans ce système était que j'en avais finalement marre de chercher "le gral" des objectifs pour mon D3x. J'ai un peu essayé tous les objectifs possibles sur ce boitier démuni de son filtre AA, passant des Nikon (85, 105 et 135), Zeiss (85), et Leica (90AA, 80 Lux) etc. - il y avais toujours un truc qui ne fonctionnais pas parfaitement, allant du focus manuel au autofocus, mais aussi des objectifs déréglés. Bref, je me disais mieux vaut un système ou je connais bien le service après-vente qui pourra régler un boitier et un objectif parfaitement si nécessaire.

Donc j'ai opté pour un S2 avec son 120/2.5 pour commencer; que j'ai commandé et reçu plus ou moins rapidement chez mon vendeur Leica à Guebwiler .
A part d'espérer de trouver une combinaison boitier/objectif parfaite, un autre argument majeur était le viseur magnifique du S2. Par contre, je ne suis pas trop fan de la résolution élevé, qui gonfle considérablement les fichiers, ce qui est un fort handicap pour le traitement des fichiers.
Depuis, je n'ai quasiment plus photographié avec mon vénérable Nikon :-)

Donc voici quelques expériences:

Premier constat est qu'on a besoin de beaucoup plus de lumière qu'avant. J'estime qu'il faut environ 4 fois plus de lumière pour le S2 que pour le Nikon. Premièrement, si on ne veut pas une profondeur de champ ultra-restreinte, il faut fermer à au moins 5,6. Deuxièmement, il faut rester à 160 ISO si on veut exploiter vraiment le potentiel des objectifs et du capteur. Aussi, il faut bien de la lumière pour que l'autofocus soit précis. Donc il fallait adapter mon système d'éclairage et un peu photographier à l'ancienne. Ce qui n'est pas un mauvais choix.

Deuxième constat: Une fois que l'éclairage est suffisant, photographier est un réel plaisir! Le S2 est un 0-faute! Ou disons un 0,5% faute. Pas de bougé, mise au point sans faille, c'est la perfection! Ok, j'ai aussi du adapter mon style de photographier (mise au point manuelle-AF), mais ce qui compte, c'est le résultat et il est bien là.

Troisième constat: Il faut s'adapter au boitier. Ne parlons pas de l'écran, qui est simplement ridicule. Mais aussi les menus, les boutons. Tout est un peu différent, un peu tordu, un peu compliqué. Le mieux est de le régler une fois pour tout, et de ne plus regarder derrière.

Autre constat: Ce boitier est lent. L'AF n'est pas réactif, oubliez le sport mais aussi les mouvements spontanés, ce boitier n'est pas fait pour ça. On loupera certaines images. C'est sur. Par contre, pour une composition soignée, une mise en scène tranquille, ça fonctionne à merveille.

La qualité des images est exceptionnelle, bien sur. Mais je dois dire que je pense que le D800 avec un objectif parfaitement réglé et fermé à 5,6 délivrera également un très bon résultat. Si on parle de qualité des images, par contre, il faut vraiment se limiter à 320 ISO. je ne dis pas que plus ne serait pas possible, mais au détriment de la qualité.

Dernier constat important. Le boitier avec son 120n'est ni compact, ni léger. Si le poids est comparable avec un boitier pro Nikon et son zoom 70-200, le S2 est nettement mieux équilibré.

Si le viseur est excellent, les indications dans le viseur sont assez petits et mal lisibles (en brun!). Le compartiment semble assez fragile. L'intégration de la poigné (indispensable pour le portrait!) est assez mal faite. C'est agaçant, vu son prix!

Autre chose agaçante: Comme je le disais avant, on à besoin de beaucoup de lumière et bien souvent l'appui d'un flash. Le 125ème n'est pas suffisant et en studio de location, il faut parfois aller en dessous (1/90). Donc les objectifs CS sont quasiment obligatoire et je ne comprends absolument pas pourquoi Leica n'est pas en mesure de les livrer. Depuis deux ans!

Et le système flash proposé par Leica est tellement basique et peu pratique à utiliser, qu'on peut quasiment l'oublier.

Ah oui, le prix. Ce que je trouve pas normal, c'est que les accessoires comme justement la poigné sont des options très chères, mais aussi d'une finition ....... chinoise. Pas vraiment "cheap", mais ce n'est pas le luxe non-plus. Selon moi, on aurait du intégrer la poigné, comme chez les boitiers pro Nikon. Le chargeur est vraiment "cheap" et il faut acheter un chargeur pro. Pffff .... quand on aime, on compte pas??? Il y a aussi des petits imperfections, comme de la saleté dans le viseur, ou une pièce qui se détache au 180mm. Pas vraiment grave, mais tout de même .... Comparé au système M, il manque un "je ne sais quoi".

Pour donner un résumé, je suis très satisfait. Malgré tout. Le S2 est un peu comme une grande voiture américaine. C'est grand, c'est lourd, ce n'est pas rapide, ce n'est pas moderne, c'est simple et parfois même un peu "cheap". Mais après une longue journée, on s'étonne que tout c'est très bien passé et même avec une certaine aisance.

Et que les résultats sont là, et c'est ce qui compte après tout.

PS: Petite précision après tout: Mon récit se base sur mes expériences surtout en studio, pour le portrait. C'est ou il brille. Pour les autres photos, il faut être masochiste pour emporter ce boitier avec quelques objectifs :-)
Clic
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1825
Depuis le 25 juil 2003
Besançon
PASQUIER a écrit :
je viens d'en faire l'expérience durant une semaine, très simplement en exploitant simultanément des jumelles Leica 10X42 et des Zeiss 10X32; franchement à l'oeil les écarts sont infimes malgré des définitions différentes, tout simplement parce que les niveau de qualité sont très élevés.



Pour ce qui est du diamètre 32-42 ou 50 la qualité est la même chez Leica, et équivalente pour du Zeiss.
C'est de nuit au clair de lune que la différence saute aux yeux, avec des 32 vous ne verrez pas grand chose.
PASQUIER
Habitué
Messages : 874
Depuis le 23 oct 2009
BOURGES
Bonjour et grand merci pour votre retour d'expérience personnelle.
Ca ne vous dirait pas d'essayer quelques paysages, histoire de sortir ce boitier tropicalisé en extérieur ?
Et un peu d'architecture également, c'est tranquille à mettre en oeuvre.
Bonnes photos !
Stephan_W
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3321
Depuis le 31 mars 2008
Mulhouse
je n'ai aucun doute que le S2 sera vraiment excélent en paysage. Pour l'architecture, ce que je ne fais quasiment jamais, un shift/tilt serait vraiment un atout.

Par contre, un petit truc que j'ai oublié de mentionner c'est que le capteur se salit très facilement, et pour une raison que j'ignore, est très difficile à nettoyer. Donc j'évite de photographier diaphragme fermé
PASQUIER
Habitué
Messages : 874
Depuis le 23 oct 2009
BOURGES
Ah c'est très ennuyeux que le capteur se salisse ainsi, et pas du tout acceptable de devoir se priver des diaphragmes fermés au prétexte que la poussière se verrait.
Si ce sont des crasses solides et sèches, une solution serait peut être de passer l'intérieur de la chambre à l'aspirateur de labo, tout petit avec un petit tuyau qui va partout, pas trop fort pour ne pas tirer de la graisse ni générer d'électricité statique.
Si ce sont des crasses molles et grasses, faut le renvoyer chez Leica pour nettoyage et réduction des sources graisseuses du mécanisme.
Je me suis déjà demandé si on pourrait imaginer un " diaphragme " derrière la baïonnette des boitiers qui se fermerait automatiquement en enlevant l' objectif et inversement qui s'ouvrirait automatiquement en montant l'objectif; ainsi, on éviterait d'embarquer des saletés en changeant d'optique.
Gérard de BOTTON
    Petit comparatif du S2 avec le Nikon D3x
Avatar de l’utilisateur
Messages : 42
Depuis le 24 mars 2007
Prunay-le-Gillon
Bonjour, Stephan_W

Bravo pour votre longue et passionnante comparaison du S2 et du D3x. Il y a un an et demi, quand j'ai décidé de "craquer pour le S2", j'avais longuement réfléchi à ce choix, avec notre ami Eric Musenger d'Objectif Boétie. Il avait obtenu qu'on me prête un boitier avec le 70mm et le 35mm, et j'avais été l'essayer à Versailles (exposition de Murakami pour les couleurs) et au musée Rodin surtout pour voir les rendus des "noirs" du bronze des statues. J'avais été ébloui du rendu du modelé du Penseur ou des Bourgeois de Calais, et c'est ce qui a emporté la décision. J'avoue que j'aurais dû demander à essayer un D3x, mais je crois que je n'avais envie de sortir du rendu des objectifs du Leica R pour lesquels j'avais déjà quitté Nikon à l'époque...

Je ne regrette pas mon choix, mais j'ai piqué quelques rages devant le nombre de photos ratées du fait de la lenteur de l'autofocus, et de la nécessité d'une lumière intense pour un fonctionnement finalement assez basique... (il faut effectivement oublier les ISO élevés...) Mais je pense surtout avoir été naïf en ignorant qu'un passage vers le moyen format supposait aussi une autre façon de faire de la photo... Heureusement que la photo de sport n'est pas ma tasse de thé...

Je suis en tout point d'accord avec votre description des qualités du S2 (surtout le viseur et l'étonnant amortissement du miroir pour un mécanisme de cette taille, mais aussi la nécessité d'un solide trépied avec le 120mm). Je pense par contre que pour les menus il faut un petit temps d'accoutumance, et je trouve plutôt agréable qu'il n'y ait pas trop de boutons sur la face arrière. Ne pas oublier qu'ils sont aussi programmables.

Je suis rassuré - et c'est pourquoi je réponds à votre étude - de voir que je ne suis pas le seul à salir mon capteur par le changement d'objectif, et d'ailleurs mon appareil est actuellement chez Leica pour nettoyage et réglage. C'est vraiment un inconvénient car je pense très dangereux de vouloir nettoyer le capteur soi-même.

J'ai un autre problème à soumettre à votre expérience : celui des photos en faible luminosité. Si je prends une photo de nuit (j'ai fait l'expérience avec la Tour Eiffel illuminée, sur trépied bien sûr) avec le programme "A", "T" ou "P", une fois le déclencheur appuyé, apparaît sur l'écran de contrôle un message "Réduction du bruit" et un compte à rebours d'environ 5 à 10 secondes au bout desquels j'obtiens un cliché totalement surexposé et totalement inexploitable. Le seul remède que j'ai trouvé est de prendre la photo avec EV à -2 diaphragmes. Le résultat paraît très sombre sur l'écran, mais au post-traitement , on voit que le capteur a saisi un nombre de détails incroyable, et on obtient une photo qui me semble - à moi du moins - parfaite.

Parlant du post traitement, je reste fidèle à Capture One (bien qu'il ne reconnaisse pas le profil du S2 pour des raisons de concurrence probablement) pour son rendu de la netteté qui est largement au-dessus de LR. De plus, ce logiciel a un système de correction de la perspective qui est très ingénieux et surtout très efficace pour la photo d'architecture, que personnellement j'aime beaucoup.

Quand j'étais plus jeune, j'ai eu un Nikon F2 avec le 35mm "PC". Pas de Tilt, mais un vrai Shift. Avec le système de correction de Capture One, on obtient le MÊME résultat; et ce sera de toute façon moins cher que le Tilt-Shift que Leica promet...

Merci beaucoup et bravo pour votre travail et aussi pour le temps que vous avez pris à nous l'exposer.

Très amicalement,
Gérard
First of all, to yourself be true (W Shakespeare)
Coignet
    Re: Petit comparatif du S2 avec le Nikon D3x
Avatar de l’utilisateur
agent technique
Messages : 14871
Depuis le 5 nov 2003
75001
Gérard de BOTTON a écrit :
Avec le système de correction de Capture One, on obtient le MÊME résultat; et ce sera de toute façon moins cher que le Tilt-Shift que Leica promet...

Le système de correction de Capture One est pratique, et ne fait rien d'autre que ce qu'on faisait à l'agrandisseur en inclinant le plateau de projection, ou la tête.
Ce n'est pas le MÊME résultat, car le décentrement optique permet d'intégrer des éléments en conservant la visée à l'horizon lors de la prise de vue.
Cela n'a rien à voir avec une distorsion au tirage (dont je suis bien d'accord qu'elle est bien pratique, et, pour faire du photomontage, je l'utilise évidemment).
Doc Henry
Vieux briscard
Messages : 4134
Depuis le 29 oct 2007
"Premier constat est qu'on a besoin de beaucoup plus de lumière qu'avant. J'estime qu'il faut environ 4 fois plus de lumière pour le S2 que pour le Nikon."
en lisant ceci j'ai pensé au M9 vs M8
N'est ce pas à cause de la taille du capteur 30x45 ? M9 = 24x36 et M8 = 18x27. Je l'ai aussi constaté quand je passe du M8 au M9 !
Un autre point qui me gêne, c'est le nettoyage du capteur: embêtant de renvoyer à Solms pour le faire. Pour mon M9 je le fais moi même et je n'ai
jamais eu de problème (3 fois depuis l'achat)
Merci Stephan pour ce bilan détaillé concernant le S2.
Henry
Suivante

Retourner vers Leica S

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité