Horacio Coppola

villegas juan carlos
    Horacio Coppola
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2631
Depuis le 26 mai 2003
buenos aires argentine
Bonjour,

Aujourd'hui, 31 juillet, fête son centième anniversaire le photographe argentin Horacio Coppola.
Leicaiste très connu, il a acheté son premier leica en 1938 en Allemagne.
Il a photographié (surtout) le Buenos Aires des années 30 et 40.

Cette semaine La Nación lui a consacré un article. On peut y voir aussi quelques photos.

http://www.lanacion.com.ar/edicionimpre ... _id=825116
La photographie est la discipline de l'évidence en un millième de seconde de délire. Bernard Plossu
http://barnackla404.blogspot.com/
villegas juan carlos
    Coppola encore...
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2631
Depuis le 26 mai 2003
buenos aires argentine
Bonjour,

J'ai eu la chance de pouvoir participer à la célébration de son centième anniversaire. Cela a été une bonne occasion pour échanger quelques mots avec lui.
Petite anecdote. Quand ils étaient revenus en Argentine (lui et sa femme, la photographe allemande Grete Stern), au début des années trente, le leica était toute une nouveauté :idea: . A l'époque, la plupart des photographes argentins (reporters) utilisaient un appareil photo (à plaques) francais, le Spido Gaumont.

Puisque le lien précédent n'est plus visible, en voilà un autre;

http://www.elangelcaido.org/fotografos/ ... ola01.html


L'Avenue Corrientes vue par Coppola et son Leica en 1935.

La photographie est la discipline de l'évidence en un millième de seconde de délire. Bernard Plossu
http://barnackla404.blogspot.com/
Philippe D.
    Re: Coppola encore...
Avatar de l’utilisateur
Messages : 7381
Depuis le 12 mars 2006
Nice - Monaco
Bonjour Juan Carlos,
villegas juan carlos a écrit :
Puisque le lien précédent n'est plus visible, en voilà un autre
Merci beaucoup pour ce lien, très intéressant avec de magnifiques photos. :)
villegas juan carlos
    encore Coppola!
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2631
Depuis le 26 mai 2003
buenos aires argentine
Ce n'est pas exactement le même point de vue, mais c'est tout près quand même.
Soixante dix ans plus tard voilà l'évolution (?) du centre ville de Bs As.
Il ne reste que le bâtiment blanc que l'on voit aussi sur la photo de Coppola, et bien sûr l'obelisque au fond. J'ai fait la photo depuis un building situé à 100 mètres de la boîte où je travaille. (M6/35)




Malgré son âge -cent ans!- Horacio Coppola continue à faire des images avec le R3 que l'on voit sur les photos.
Peut-être le leicaiste le plus âgé du monde ?



La photographie est la discipline de l'évidence en un millième de seconde de délire. Bernard Plossu
http://barnackla404.blogspot.com/
djidji1
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1907
Depuis le 30 jan 2005
Marseille.
Bonsoir

Content de te lire Juan. Ca va ?

Amicalement

Jean Jacques
ddesbleds
Habitué
Messages : 457
Depuis le 9 juil 2003
La Réunion
Merci Juan Carlos de nous faire découvrir un photographe que, personnellement, je ne connaissais pas. En Europe, on connaît les photographes européens, américains, et puis après, quelques-uns d'autres continents, mais pas assez...

Horacio Coppola, c'est un peu votre HCB, en fait ? Pas forcément au niveau du regard, mais du poids historique...
villegas juan carlos
    coppola et HCB
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2631
Depuis le 26 mai 2003
buenos aires argentine
ddesbleds a écrit :
Horacio Coppola, c'est un peu votre HCB, en fait ? Pas forcément au niveau du regard, mais du poids historique...


Tu sais, en réalité Horacio Coppola est un photographe pas très connu en Argentine. Cette année on a beaucoup parlé de lui à cause de son anniversaire.

Au niveau du regard, je le rapprocherais plus d'André Kertész, sujet plutôt éloigné, predominence de la forme, géométrie de l'espace...
Ceci dit, je crois que notre Coppola n'est pas à la hauteur de Kertész.

Sinon, il y a deux semaines il vient d'apparaître un bouquin de lui et de Facundo de Zuviría. Le Buenos Aires des années trente photographié par Coppola. Et dans la deuxième partie, le Buenos Aires de nos jours, photos de Facundo de Zuviría.




Edité par Larivière. Voilà, un francais qui édite des livres photo en Argentine :wink:
La photographie est la discipline de l'évidence en un millième de seconde de délire. Bernard Plossu
http://barnackla404.blogspot.com/
ddesbleds
Habitué
Messages : 457
Depuis le 9 juil 2003
La Réunion
Merci Juan Carlos pour tes précisions.

Quel est le photographe argentin le plus connu ?
villegas juan carlos
    pas facile
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2631
Depuis le 26 mai 2003
buenos aires argentine
ddesbleds a écrit :
Quel est le photographe argentin le plus connu ?


Bonjour,

Question difficile :?

Je pense qu'en Argentine on n'a jamais eu un photographe que se détache du lot. Il y a eu de bons photographes, il y en a encore, mais pas plus que cela. C'est à dire qu'ici on n'a pas l'équivalent d'un Salgado (Brésil) ou du chilien Sergio Larrain.
Mais j'aimerais citer un jeune photographe (qui pourrait très bien être un summiluxien :wink: ) qui travaille dans la presse locale. Il vit - modestement - de la photographie. Il s'appelle Eduardo Longoni. Son site;

http://www.eduardolongoni.com.ar/sitio/index.php
La photographie est la discipline de l'évidence en un millième de seconde de délire. Bernard Plossu
http://barnackla404.blogspot.com/
Inthebox
    Horacio Coppola
Messages : 600
Depuis le 22 avr 2006
Paris
Salut Juan Carlos !
Voilà longtemps que je voulais t'en parler mais ne suis parvenu à remettre la main sur ce fichu bouquin qu'aujourd'hui. Je veux parler de "Viejo Buenos Aires, adios", avec cent photos d'Horacio Coppola prises en 1936, accompagnées d'un texte de Juan Francisco Giacobbe, publié en 1980 par la Sociedad Central des Arquitectos (je suppose que tu dois l'avoir dans ta bibliothèque). Je l'ai acheté en avril 1981 dans une librairie de Florida. Si la qualité de l'impression laisse à désirer, les photos de Coppola n'en restent pas moins superbes.
Ce fut l'un des voyages les plus délirants qu'il m'ait été donné de faire. Jamais je ne suis sorti aussi vite d'un aéroport. Il faut dire que, ce qui n'était pas prévu, le n° 2 des renseignements de la Marine, un certain Osvaldo Hector Pingitore, m'attendait à Ezeiza, au pied de l'avion. Aussi sec, direction Palermo, avec passage au ralenti, en cours de route, devant l'Ecole de Mécanique ; le moment précis où il me lâche : "Ici, en Argentine, on aime beaucoup les steaks..." Décalage horaire et un peu trop d'alcool dans le 747 obligent, je lui réponds illico : "Ah, oui !, les steaks de disparus !" Une saillie d'un goût déplorable, qui a eu cependant le don de le faire s'esclaffer : "Si, amigo, si, les steaks de disparus."
Bon, après une entrevue avec le général Roberto Viola, le dernier des généraux - euh, non, le dernier, ce fut Galtieri - où je n'avais le droit de lui poser qu'une seule question "d'ordre culturel" - je lui donc demandé ce qu'il pensait du tango, et, après un instant de stupeur, il m'a, je dois le reconnaître, répondu avec beaucoup de chaleur et de passion (j'ai encore la version "taquigrafica" de cet entretien). Plus d'autres encore, avec, par exemple, un capitaine que l'on avait mis à la tête de Proartel-Canal 13 et ne se cachait pas pour clamer qu'il n'y connaissait rien en matière de télévision et se demandait pourquoi, diable, on l'avait foutu à cette place. Plus, quand même, un homme délicieux, José Maria Pena, architecte et directeur du musée de Buenos Aires, qui, pour manifester son opposition à la junte, n'avait rien trouvé de mieux que d'organiser une exposition de... pots de chambre, et qui m'a fait découvrir quelques boîtes à tango extraordinaires.
Bref, dix jours après et beaucoup de trajets en Ford Falcon sans plaques d'immatriculation, le sieur Pingitore est venu me chercher à l'impromptu
au Libertador pour me mettre dans le premier avion en partance pour Madrid et Paris. Je posais trop de questions idiotes.
Ce fut "un temps déraisonnable", comme l'écrit Aragon.
Pas grave. J'ai aimé Buenos Aires, et j'aime la façon dont tu aimes, toi, cette ville et sais nous le faire partager par tes clichés ou tes textes.
A un de ces jours. Amitiés.
JP
danyves
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 4810
Depuis le 23 juil 2007
Normandie
Juan Carlos,

Merci pour ces liens.
Invité

Message supprimé à la demande de son auteur.
Inthebox
Messages : 600
Depuis le 22 avr 2006
Paris
Veinarde ! De Londres, dis-tu. Mais par quelle voie ?
Heureusement, Juan Carlos s'occupe en ce moment de me faire parvenir cet album à partir de BA. :wink:
Invité

Message supprimé à la demande de son auteur.
Inthebox
Messages : 600
Depuis le 22 avr 2006
Paris
Merci, Nathalie. Oui bien sûr, Amazon.co.uk.
J'ai regardé sur le site et n'en ai vu qu'autour de 75 livres. Cher. Directement chez Larivière, il revient, port non compris, à 39 euros, ce qui fait tout de même une grosse différence...
Suivante

Retourner vers Livres, sites, expositions et événements

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités