Calais, les migrants...

JulienP
    Calais, les migrants...
Avatar de l’utilisateur
Messages : 77
Depuis le 22 juin 2007
Paris
Bien, nouveau sur ce forum, j'ai déjà fait mes premiers pas dans la rubrique petites annonces, mais ce serait mal élevé de venir ici juste pour ça ;) Voici donc une sélection de photos prises au cours d'un reportage sur la situation des migrants dans la région de Calais, j'ai essayé de réduire la taille de la série qui sera bientôt mise en ligne sur mon site... ah, et tout n'est pas pris au Hexar, je confesse ;)

---------

Depuis un certain temps, Calais est un lieu de passage pour une immigration certes illégale, mais qui apparaît légitime aux yeux de beaucoup. Il y a quelques années, la population des migrants était majoritairement originaire des Balkans. Après le retour au calme dans cette région, c'est une population originaire d'Asie Centrale (Pakistan, Afghanistan, Iran, Kurdistan) et d'Afrique de l'Est (Soudan, Somalie, Ethiopie) qui se présente aujourd'hui aux portes de l'Angleterre.

Après la fermeture du centre de Sangatte et la mise en place d'une surprotection des infrastructures d'embarquement vers l'Angleterre, la situation est toujours la même: des centaines de migrants attendent de pouvoir traverser la Manche par des moyens de plus en plus dangereux. Par exemple, la traversée sous les essieux d'un camion est devenu très "en vogue" depuis qu'il est devenu presque impossible de rentrer dans une remorque.

La situation à Calais est un parfait exemple des conséquences que peut avoir une certaine Politique à la mode. Politique qui se caractérise par un refus d'affronter la complexité des problèmes et par l'adoption de solutions aussi simples qu'inefficaces et injustes. Le tout étant dû en partie à la nécessité de proposer des mesures-chocs, à même de marquer les esprits, dans un débat politique qui vire surtout au combat médiatique. L'étude des conséquences de certaines mesures, notamment en matière d'immigration, est une plongée dans un univers où le grotesque vient côtoyer le tragique des situations.


A Calais, le tragique, c'est de voir des gens fuyant des pays où ils ne se sentent plus la capacité de vivre décemment, des êtres humains, souvent mineurs, qui arrivent ici après environ 1 an de voyage. Une année de doute, de douleur physique, entrecoupée pour une majorité d'entre eux d'emprisonnements en Grèce ou en Turquie, parfois dans des conditions très difficiles.
Le grotesque, c'est de voir les solutions proposées par les instances françaises et européennes qui pour régler ce problème, expédient un peu partout en France les migrants arrêtés ici en sachant pertinemment qu'ils seront de retour sous peu. Le grotesque, c'est l'application du décret Dublin II qui renvoie une personne arrêtée dans un pays vers un pays où ses empreintes ont été prises auparavant, en sachant très bien qu'elle reviendra.
Le grotesque, c'est de tout faire pour déranger toute forme d'aide des associations, comme si les migrants allaient faire demi-tour si près du but par manque de soupe. Et par-dessus tout le grotesque, c'est l'incompétence des politiques à mettre en place des mesures permettant un règlement intelligent et le plus juste possible d'une situation dramatique.

--------




Photo 1: ...




Photo 2: Dans le port, 5 h du matin, des migrants essayent de se cacher de la police

Une des premières mesures de N. Sarkozy après sa nomination au Ministère de l'Intérieur a été la fermeture du centre de Sangatte à la fin Décembre 2002. Ce centre, géré par la Croix-Rouge, prenait en charge l'aide aux migrants dans la région de Calais. Pourtant la cupidité des réseaux de passeurs et la violence -sociale aussi bien que directe- des pays d'origine des migrants ne cessent pas à la fermeture d'un centre d'accueil. Comme l'a déclaré un bénévole du secours catholique au journal The Guardian : "les gens ne viennent pas jusqu'ici pour un bol de soupe, mais pour aller en Angleterre".




Photo 3: Bord de mer

Yama est afghan. Il est arrivé illégalement en Angleterre il y a 3 ans. Il y a passé 2 ans -à Birmingham- avant qu'on le renvoie en Afghanistan, considéré par les autorités britanniques comme un pays démocratique et sûr. Il faudrait demander aux soldats britanniques ce qu'ils pensent de la sûreté de l'Afghanistan. Mais Yama est de retour à Calais, un an après, avec la même envie de passer en Angleterre et de s'y installer. Il vit dans le camp de ceux qui n'ont pas les moyens de payer les passeurs. Avant-hier les CRS sont venus au milieu de la nuit, il a réussi à s'échapper. Mais, après leur départ il n'a pas voulu aller dormir dans sa cabane, peur de les voir revenir. Il a donc pris son sac de couchage pour aller dormir sur la plage, dans un recoin à l'abri des regards. Ce soir, il récupère son sac de couchage pour aller dormir au camp. Hier il n'avait pas dormi, il avait essayé de passer. Comme tout ceux qui ne payent pas les passeurs il mettra des semaines, voire des mois à passer.




Photo 4: Au terrain vague, des migrants tuent le temps le soir

La situation des migrants de ce circuit a toujours été appréhendée sous un aspect policier. Une collaboration à l'échelle européenne (règlement Dublin II) permet l'extradition d'un migrant arrêté dans un pays vers un autre pays ayant relevé auparavant ses empreintes digitales. Petit jeu de ping-pong entre les nations européennes : arrêtés en France, extradés en Grèce ou en Italie avant de revenir en France : des mois de perdus, des centaines d'euros dans les caisses des passeurs. Le passage de la Grèce vers l'Italie coûte 700 euros, le passage de la France vers l'Angleterre coûte 200 euros s'il est payé d'avance, le double s'il est payé à l'arrivée. Une collaboration entre l'Angleterre et la France permet aujourd'hui de financer les contrôles à l'embarquement des ferries et autour de l'Eurostar. Il est sans doute temps d'essayer de trouver des solutions européennes autres que policières.




Photo 5: Dans le port, le soir, un migrant traine les couvertures qu'on lui a donné





Photo 6: Au terrain vague

Il y a quelques années, une très grande partie des migrants venait des Balkans, alors en sortie de conflit. Le -relatif- retour au calme dans la région a stoppé cette arrivée. Le régime des talibans, puis l'intervention des forces de l'OTAN en Afghanistan ont créé une arrivée en masse d'Afghans. La décision de M. Musharaf d'entamer une phase de retour des réfugiés afghans au Pakistan entraîne l'arrivée de certains ici. Comme Jawad, né au Pakistan, dont la famille est originaire de Lugar au sud de Kaboul: "ils nous offraient 100 dollars pour revenir, 100 dollars pour tout reconstruire ! Je suis parti tout de suite vers l'Angleterre". La question des flux migratoires est avant tout liée à des questions de politique internationale, auxquelles est mêlée l'union européenne. Sans oublier que l'Angleterre n'est pas sans avoir sa part de responsabilité dans la situation actuelle de la région...




Photo 7: Autour du feu



Photo 8: Distribution du repas par une association



Photo 9: Zone Industrielle

Echapper à la police, c'est ce qui occupe le plus le temps des migrants. Avant de passer en Angleterre, ils se feront arrêter des dizaines de fois, on leur remettra plusieurs arrêtés de reconduite à la frontière, certains seront envoyés en centre de rétention, parfois à l'autre bout de la France, ou simplement mis dans un train qui les renverra vers Paris, Toulouse, Strasbourg, etc. Histoire de repousser juste un peu le problème, c'est comme ça qu'on les règle les problèmes ici... Alors les policiers n'ont pas grand-chose à faire pour déclencher la panique. Ce soir, dans la grande ligne droite qui mène du port au campement, une voiture de police arrive en face des migrants et s'arrête au milieu de la route, 2 policiers face à des dizaines de migrants: c'est suffisant pour déclencher l'affolement. Tout le monde fait demi-tour en courant et passe le portail d'une usine, histoire de se mettre à l'abri et de prendre un raccourci pour arriver au camp. Un ou deux migrants, habitués à cette situation, ne courent pas, ils savent très bien que 2 policiers seuls ne les arrêteront pas...

Courir et se cacher... c'est la vie ici...




Photo 10: Un migrant se lave dans les eaux de rejet d'un usine de la Zone Industrielle



Photo 11: Terrain vague

Au-delà des arrestations par les CRS ou la PAF, la principale source d'échec pour les migrants c'est de se tromper de camion ou de coffre de voiture et de se retrouver n'importe où sauf en Angleterre. Dijon, Amiens, Strasbourg, Belgique, etc. chaque matin, quelques personnes arrivent en racontant leur mésaventure de la nuit. Ca fait rire tout le monde en général, même celui qui a échoué et qui souvent revient en bus ou en train. Sauf quand, comme ce fut le cas de ces deux jeunes adolescents et de leur 6 camarades, il faut revenir à pied de la frontière belge. Départ à 2 heures du matin, arrivé vers midi. Alors du coup l'après midi, on tente de dormir, parce que ce soir, il faudra repartir.

50 kilomètres à pied, ça use, ça use... Surtout à 16 et 13 ans...




Photo 12: Terrain vague




Photo 13: Au bord d'une route...




Photo 14: Dans un des campements
L'organisation des camps est passée progressivement d'une organisation ethnique (Pachtounes/Perses) vers une logique beaucoup plus occidentale: ceux qui peuvent payer les passeurs et ceux qui ne peuvent pas. Le camp réservé à ceux qui payent est situé près d'une aire d'autoroute, un endroit stratégique pour embarquer dans les camions, car beaucoup moins surveillé que le port. Gardé par les passeurs Kurdes, il est difficile d'accès pour la police et les journalistes. Après s'être posté en assistant des migrants (pour monter dans les camions), les passeurs s'approprient aujourd'hui des espaces stratégiques. L'autre camp, celui de ceux qui ne peuvent pas payer, est situé entre la mer et un morceau d'autoroute, c'est l'ancien camp des Hazaras, il est connu de la police qui y descend souvent et par dessus tout, ceux qui ne payent pas les passeurs mettront des mois à passer, ne bénéficiant de l'aide de personne. Ce matin Kandalar a appelé ses potes, il a réussi à passer, il était là depuis 5 mois, il a fait le trajet sous un camion, alors ce soir il y a eu un peu d'espoir. Enfin pas trop non plus, le constat d'échec personnel l'emporte souvent. Les migrants bloqués ici depuis longtemps sont sujets à la dépression et à un début d'alcoolisme pour certains.



Photo 15: La nuit dans la ville

Un migrant examine un camion laissé ouvert par un chauffeur: une pratique courante pour ne pas se faire casser la serrure




Photo 16: Errer...
zekkar
Avatar de l’utilisateur
Messages : 4679
Depuis le 19 oct 2003
Paris
Tout y est, Très bon Job
Merci de publier sur Summilux
Coignet
Avatar de l’utilisateur
agent technique
Messages : 14859
Depuis le 5 nov 2003
75001
Bravo pour ce beau boulot difficile, et de nous transmettre ici ces regards et informations indispensables.
philipandre
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 4522
Depuis le 28 déc 2006
France
Un très grand "bravo " ... pour l'ensemble du travail, les explications et les informations ...

pour ce qui est d'une sélection de photo ... la 1 / 3 / 14

mais plus particulièrement la 3 ( bis répétitas !!! ) :applaudir: :applaudir:

elle dégage une ambiance exceptionnelle et la restitution de la lumière et du mouvement est idéale ( AMA bien sur )
Quelle prétention de dire que l'informatique est récente alors qu'Adam et Eve connaissaient déjà Apple...

yousse
    Vraiment
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1848
Depuis le 6 sep 2005
Belgique, Mons
du fond du coeur ! Bravo, génial !!! J'adore !!! Un reportage fait avec les tripes!!!! "MAGNIFIQUE", si l'on peut dire (en rapport avec le sujet).
Quelle maitrise du noir et blanc !!!! :shock: A tomber !!!
"Il est impossible de sortir de votre peau pour rentrer dans celle de quelqu'un d'autre .... La tragédie d'un autre n'est pas la même que la vôtre." Diane Arbus
Polo
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 1464
Depuis le 7 mars 2006
Bourbonnais
Très belle série, "dans "le sujet, belle exploitation du noir et blanc : :applaudir:
Polo
Jean-Claude
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1063
Depuis le 20 avr 2007
Suisse Romande
citation :
...Ce n'est pas de l'art : c'est de l'info ...


On est tellement habitué à engloutir de "l'info" fast-food, et ce qui est présenté, n'est pas un "digest", c'est plus que ce type d'info.
C'est un témoignage et c'est costaud, bravo.
Dahu
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 959
Depuis le 24 nov 2006
Lyon
Que rajouter à ce qui a déjà été dit? Pas grand chose en somme.
C'est du lourd, fait avec les tripes comme le dit Yousse, mais avec le coeur aussi (mais ces deux organes ne sont jamais très éloignés), au service d'un "oeil", je veux dire d'un regard, résolument tourné vers l'humain. Le tout travaillé jusqu'au texte, avec talent.
Bravo.
clicclac
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 7066
Depuis le 27 août 2006
Extrème Orient Breton.
C'est EXCELLENT :shock: Du reeportage comme je l'aime, avec le reporter qui ne se soucie pas de savoir s'il est impartial (quelle connerie :roll: ). Non seulement les images "pèsent" par leur contenu, mais le traitement est de haute volée. Il y en aura encore qui te reprocheront de faire trop beau avec la misère :twisted:

BRAVO de chez Bravo, et chapeau bas 8)
ad augusta per angusta.
Dahu
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 959
Depuis le 24 nov 2006
Lyon
clicclac a écrit :
...Du reeportage comme je l'aime, avec le reporter qui ne se soucie pas de savoir s'il est impartial (quelle connerie :roll: )...


Exact. En général, et pour ce type de travail en particulier, je ne crois pas du tout à l'impartialité ni à une quelquonque objectivité. Je crois bien au contraire à la subjectivité d'un point de vue assumé et affiché. C'est à mon avis beaucoup plus honnête.
michel (proteus)
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2734
Depuis le 8 jan 2005
metz
un très grand reportage tant par les photos que par le texte, l'ensemble étant très cohérent
merci de nous l'avoir donner à lire et à regarder sur summilux
michel
si vous voulez voir l'invisible, observez attentivement le visible
Sherlock
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 361
Depuis le 24 oct 2005
Montluçon
Vraiment très bien , dans la gestion des noirs et blancs, les cadres, la chronologie ... c'est du lourd ... et sans hésitation la 3 est ma préférée.

:applaudir: :applaudir:
djidji1
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1972
Depuis le 30 jan 2005
Marseille.
Bonjour

Un grand bravo. C'est fort, sensible et respectueux.
Rien à ajouter d'autre à ce qui a déjà été dit...ah si...peut etre deux choses...
...ça nous change de la série de "conversations" de haute volée qui ont fleuri sur le site de puis quelques temps...et puis si tous ceux qui utilisent la rubrique "petites annonces" s'en excusait comme toi... :D :applaudir:

Merci

Jean jacques
gautier
Avatar de l’utilisateur
Administrateur
Messages : 12987
Depuis le 21 mai 2003
Toulouse
:applaudir:
Bernard
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 7260
Depuis le 25 mai 2003
France d'en haut là ou est la mer
beau reportage dont je connais bien la situation je vais souvent à Calais ...
Suivante

Retourner vers Reportages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité