Leica M 60, le Leica numérique sans écran

Parmodyne
Membre des Amis
Messages : 1183
Depuis le 21 mars 2005
Languedoc
Tiberius a écrit :
Il faut se méfier des équivalences monétaires, ça ne signifie pas grand chose....
Il ne s'agit pas d'équivalence monétaire entre des devises différentes; il s'agit de la comparaison de l'inflation officielle calculée par l'INSEE et de l'évolution des prix pour du matériel LEICA. Il faudrait aussi comparer l'évolution des prix LEICA avec l'évolution du niveau des salaires moyens sur la même période.
Et là on se rendra compte que l'évolution des prix des appareils LEICA est beaucoup plus forte que celle du niveau de vie sur une longue période. Un équivalent M4 + un summicron 50 à 2.550 Euros: je suis preneur...
scholiaste
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1276
Depuis le 2 oct 2006
Rixheim
Il serait intéressant de faire la même chose pour d'autres matériels photo. Comme évoqué, je n'ai pas l'impression que la courbe chez Canon ou Nikon soit très différente.
Le superflu n'est inutile qu'à ceux dont le nécessaire est suffisant. (P. Desproges)
Tiberius
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3211
Depuis le 15 nov 2010
DUNKIRK
J'ai bien compris en quoi consiste la comparaison et je persiste à dire que, selon moi, elle n'est pas représentative de la réalité, ou en tout cas elle est incomplète. Bon, c'est vrai qu'en 1972 je n'étais même pas né, mais je n'ai pas l'impression que le niveau de vie des personnes de cette époque leur permettait facilement de dépenser 2700 francs dans un appareil photo + objectifs.
Si je préfère les chiens aux chats c'est parce qu'il y a des chiens policiers.
Parmodyne
Membre des Amis
Messages : 1183
Depuis le 21 mars 2005
Languedoc
Tiberius a écrit :
... Bon, c'est vrai qu'en 1972 je n'étais même pas né, mais je n'ai pas l'impression que le niveau de vie des personnes de cette époque leur permettait facilement de dépenser 2700 francs dans un appareil photo + objectifs.
Pour info, en 1972, j'étais technicien supérieur et mon salaire brut mensuel était exactement 2.700 Francs (salaire net 2.508 Francs - c'était une autre époque!).
Je ne crois pas que le salaire mensuel d'un technicien supérieur permette aujourd'hui d'acheter un Leica M et un summicron!
Alors les LEICA ont-ils exagérément augmenté, ou les salaires n'ont-ils pas suffisamment augmenté ?
Vaste débat!!! :razz:
Et j'arrêterai là les confidences: c'était juste pour donner un éclairage avec des chiffres réels.
Parmodyne
Membre des Amis
Messages : 1183
Depuis le 21 mars 2005
Languedoc
Il n'y aurait pas une erreur sur les salaires en Euros en 1970 ? (sans pinailler :eek: )
Floflo
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3123
Depuis le 17 août 2008
La Boca Lorient
Il manque l'évolution du prix d'un rein dans ton tableau, fotd.







Je suis prêt à tout envisager pour du Leica.
" La photographie a des bords, le monde n'en a pas." Stephen Shore
Geraud
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3544
Depuis le 21 avr 2005
742 Evergreen Terrace, Springfield
C'est quoi le "salaire net moyen mensuel"? Parceque 14000 euros nets par mois en 1970... ca me parait un peu beaucoup.
cedric-paris
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 6148
Depuis le 20 oct 2013
Genéve
fotd a écrit :
C'est le salaire annuel. Cf ma correction plus haut.
FloFlo : Le foie breton ne cote pas lourd mais pour un rein tu peux tenter ta chance dans la rubrique des échanges.


Joli tableau, fodt! Très intéressant. On note au passage qu'un Nikon F2 vaut aujourd'hui la moitié de ce qu'il valait à l'époque de sa sortie (ce qui n'est tout de même pas mal pour un appareil si ancien!), alors que le M4 vaut... trois fois plus que le jour de sa sortie :)

Les foies bretons tiennent mieux que les autres, sinon il y a longtemps qu'il n'y aurait plus de Bretons.
Fac quod optime facis
FerdinandP
Avatar de l’utilisateur
Régulier
Messages : 285
Depuis le 7 jan 2012
Ile de France
Si je peux me permettre de pinailler, le F2 et son DP1 étaient, à l'époque, le fer de lance de Nikon. Or, le D600 représente aujourd'hui un "plein-format abordable". J'aurais alors tendance à sélectionner le D4s pour rester dans le "top du top" (sachant qu'il faudrait alors ajouter, au prix du F2, celui du grip-moteur-batterie).
Je me permets enfin d'ajouter que la série des Canon 1Ds a, me semble-t'il, toujours été proposée à 7.999€ lors du lancement des ses différentes évolutions (Mark.1 puis 2 et 3…le 4 étant supposé être annoncé d'ici le mois d'octobre). Le 1Ds étant la référence incontestée pour le petit-format (24x36) en studio (j'ai bien vu, une fois ou deux, un D800, mais la proportion de 1Ds est écrasante).
La comparaison entre un boîtier professionnel argentique et un numérique est complexe étant donné qu'avec le digital, les fabricants ont su se montrer malins et proposer un boîtier de vitesse (Nikon D4s et Canon 1Dx) et un boîtier de studio (Nikon D800 et Canon 1Ds). Avant le temps des capteurs, le reflex haut de gamme pouvait aussi bien servir le reportage que la nature-morte. Si l'on continue sur cette voie, il faudrait alors prendre un compte le prix d'un système moyen-format numérique, ce qui ridiculiserait bien vite le tarif de ce M60.

Enfin, merci à toi, Fodt, d'avoir pris le temps de monter ce tableau qui est intéressant, c'est très sympa de ta part de contribuer ainsi à l'échange.

Pour en revenir au sujet de discussion, je ne suis pas choqué par le prix de ce M60.
Leica nous ayant habitué à des micro-séries hors de prix, justifiées par une micro-gravure ou une vulcanite de couleur, je conçois alors qu'un modèle aussi original soit proposé à un prix délirant pour le commun des mortel. Une véritable valeur ajoutée qui justifie, selon moi, un prix élevé. On te propose ici l'extraordinaire, à un prix tout aussi peu ordinaire.

Nombreux sont ceux qui ont, très justement, relevé que le prix de l'ensemble n'est pas vraiment moins raisonnable que celui d'un M240 et son Summilux.

Leica propose alors un produit surprenant, à un prix stratosphérique et va même, sans aucun doute, réussir à écouler totalement son stock tout en s'offrant un formidable coup de pub. Je trouve cela très honorable.
Il y'a quelques années, Leica était la marque qui ne (sur)vivait piteusement que grâce à sa légende (et quelques vieux photographes à la retraite) pour ne proposer qu'un appareil numérique dont les spécificités étaient d'un ridicule affligeant au regard de la concurrence (le M8).
A ce jour, Leica propose son M numérique dont les performances sont globalement au niveau des marques japonaises les plus agressives (le M240) tout en jouissant de ses propres qualités intrinsèques puisque c'est un appareil sans équivalent chez la concurrence (télémétrique). A côté de ce boîtier, la marque dispose aussi d'un appareil doublement hors-du-commun : un appareil numérique qui ne fait que du noir-et-blanc -et qui est télémétrique- (le MM). Quel pari gonflé ! Et, aujourd'hui, les Allemands sont à l'origine de ce nouveau pavé dans la mare photographique : un appareil numérique sans écran…! Ils sont fous chez Leica. "Quelle arrogance de leur part…qui peut donc être intéressé par ce produit dont le concept n'a ni queue ni tête…et en plus il coûte le prix d'une voiture………"… Eh bien je ne doute pas une seconde que la série limitée va s'écouler à vitesse grand V.

Ce bon boîtier qu'est le 240, ce pari à haut risque du MM et le coup d'éclat du M60 me renvoient l'image d'une entreprise innovante, couillue et originale, qui ose proposer des produits surprenants tout en conservant les qualités d'un héritage qui s'est construit avec l'histoire de la photo. Et ce sont, à ce jour, des valeurs qui me semblent précieuses pour pouvoir justifier de tarifs aussi élevés que ceux du 240 et du MM.

Le Leica n'est plus ce qu'il était, dans le sens où si il a été une référence dans le reportage, ce n'est plus le cas aujourd'hui et je ne vois rien qui soit fait pour revenir vers ce statut. La marque s'adresse désormais à un autre public et, au regard de la relative bonne santé de la boîte, il me ne semble pas crétin d'affirmer que c'est une stratégie qui l'a sauvée. La conception même du système ne lui permet plus de faire face à la concurrence sur le terrain du reportage. Les quelques photographes d'actualité travaillant au Leica sont si rares que seuls les initiés connaissent leur nom !
Ainsi, si les M numériques sont destinés à une frange relativement aisée de la population, il faut toutefois justifier cet élitisme. Or, comme d'autres l'ont dit avant moi, ce ne sont pas des photographes pleins d'arthrose qui officiaient au siècle dernier qui permettent, à eux seuls, cette justification. On lit bien souvent, dans la section des petites annonces que "le coeur a ses raisons que la raison ignore" : le coeur ne trouve ces raisons là que chez Leica. Or, si la marque aime jouer (et jouir) de son prestigieux passé, elle n'en tire, de manière directe, aucun revenu. Il s'agit alors, pour elle, de réussir à faire évoluer ce sentiment et à amener le photographe vers ses produits neufs. Je pars peut-être un petit peu loin, mais avec le MM et le M60, Leica a réussi un solide tour de force en ayant su utiliser des caractéristiques ultra-conservatrices à des fins d'innovations que j'oserai qualifier de majeures au sein du paysage phototechnique contemporain.

Ainsi, je résumerai et conclurai ainsi : le M60, c'est le fil de la pub.
seb2a
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1082
Depuis le 10 déc 2013
Aix-en-Pce / Ajaccio
Tiberius a écrit :
Je ne pense pas que Leica soit devenu plus élitiste qu'avant. Sauf erreur de ma part, je ne pense pas que l'acquisition d'un Leica dans les années 50/60 était à la porté de tous...

Kormo a écrit :

Complètement d'accord : j'ajouterai que c'est même une insulte faite aux photographes :evil:


Pourquoi ? Lorsque Ferrari vend ses voitures plusieurs centaines de milliers d'euro je ne pense pas que les aficionados de la vitesse se sentent insultés. Il en est de même dans l'horlogerie de Luxe, en quoi est ce différent avec Leica ? Personnellement je doute que Leica aurait pu survivre s'il ne s'était pas orienté davantage sur le domaine du Luxe.


Comparé leica et l'automobile… et lorsque ferrari ou porsche sortent une voiture réservé aux meilleurs clients de la marque vous dites quoi ? insulte aux automobilistes ? et lorsque Aston Martin sort une citadine à un prix "abordable" mais que seul les possesseurs d'une Aston Martin peuvent l'acheter, encore insulte aux automobilistes ? c'est pas cool même si l'on gagne au loto impossible de s'offrir certaine chose.

Tout cela me rappelle le sujet de philo à mon BAC, "mieux vaut 'il changer ses désirs ou l'ordre du monde ?" Et bien si ce Leica ne vous plait pas, ne l'acheter pas, et bien si vous voulez un écran, acheter un boitier avec un écran. Et si Leica vous saoule, que vous vouliez un boitier plus dans la ligné de machin, ou dans la ligné du truc et bien n'acheter plus de Leica, et faite votre deuil.
scholiaste
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1276
Depuis le 2 oct 2006
Rixheim
Parmodyne a écrit :
Il n'y aurait pas une erreur sur les salaires en Euros en 1970 ? (sans pinailler :eek: )


Et les prix Nikon modernes sont les prix de la rue pour des appareils dont le prix baisse avec l'age alors que les prix Leica sont les prix catalogue.
Le superflu n'est inutile qu'à ceux dont le nécessaire est suffisant. (P. Desproges)
scholiaste
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1276
Depuis le 2 oct 2006
Rixheim
RomainBdp a écrit :
Il y'a quelques années, Leica était la marque qui ne (sur)vivait piteusement que grâce à sa légende (et quelques vieux photographes à la retraite) pour ne proposer qu'un appareil numérique dont les spécificités étaient d'un ridicule affligeant au regard de la concurrence (le M8).


Je n'aime pas le M8. Cela étant précisé, si on compare à du CCD de la même époque et qu'on garde à l'esprit les limites du tirage court avec lesquelles Leica était le seul à se battre, et de facto n'avait donc pas de concurrent sauf Epson, ce n'est pas d'un ridicule affligeant.

RomainBdp a écrit :
Et, aujourd'hui, les allemands sont à l'origine de ce nouveau pavé dans la marre photographique : un appareil numérique sans écran…! Ils sont fous chez Leica. "Quelle arrogance de leur part…qui peut donc être intéressé par ce produit dont le concept n'a ni queue ni tête…et en plus il coûte le prix d'une voiture………"… Et bien je ne doute pas une seconde que la série limitée va s'écouler à vitesse grand V.


Le MM est incroyablement plus courageux, et sur le principe, et sur la réalisation qui est techniquement un challenge. Là c'est juste un concept sans aucun challenge, décliné en série limitée, donc avec un risque limité, et, vu la comm et le packaging, il sera vendable autant à ceux qui trouvent ça génial qu'à ceux qui trouvent ça fumeux mais qui seraient attirés par l'objet. En fait de pavé dans la mare, je n'y vois qu'un coup de pub.
Le superflu n'est inutile qu'à ceux dont le nécessaire est suffisant. (P. Desproges)
M6 Solaar
Avatar de l’utilisateur
Messages : 65
Depuis le 15 mai 2014
Tiberius a écrit :
Je ne pense pas que Leica soit devenu plus élitiste qu'avant. Sauf erreur de ma part, je ne pense pas que l'acquisition d'un Leica dans les années 50/60 était à la porté de tous...

Justement, il y a tout un fil fort intéressant là-dessus (à lire ICI). Et la conclusion, en reprenant des données et une démarche similaire à celle de fodt, est que si: Leica était "plus abordable" avant!

C'était un outil destiné à une classe moyenne, à la portée de tout photographe pro ou amateur désireux de s'y mettre un peu sérieusement, un outil pas plus luxueux que les autres, dans les années 30, et ce, probablement jusqu'aux années 50.
Parmodyne
Membre des Amis
Messages : 1183
Depuis le 21 mars 2005
Languedoc
Dans les années 60-70, Leica (pardon Leitz) n'était pas élitiste. C'était du matériel "haut de gamme", utilisé par pas mal de pros et qui était à la portée de beaucoup d'amateurs. Il n'y avait pas de séries spéciales hors de prix.
Comme je le précise plus haut, mon 1er Leica: un M4 avec un Summicron 50 en 1972 : 2.700 Francs, soit 411,61 Euros.
La politique de LEICA n'est plus la même. Rattrapé, voire dépassé par les productions japonaises, ils ont failli disparaître et leur marketing s'appuie sur une valeur d'estime plus que sur une valeur d'usage. C'est leur choix, c'est évidemment leur droit; je ne porte pas de jugement sur leur politique. Simplement je constate et les chiffres sont là.
Paul
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 2553
Depuis le 8 juin 2009
Paris
Vous comparez quand même à une époque (début des années 70) où Leica se portait mal : échecs commerciaux, coûts trops élevés, quasi faillite et délocalisation des usines au Canada pour fabriquer moins cher.
Êtes-vous sûrs que ce soit la période de référence ?
quelques images par ici npct.fr/photos et sur insta
PrécédenteSuivante

Retourner vers Leica M : boîtiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 14 invités